Les groupes armés, surtout certains de leurs responsables, n’ont pas encore emporté l’adhésion de nos compatriotes. Mieux, après l’insulte récemment infligée au drapeau du Mali ( par des jeunes de Kidal) le gouvernement n’a pris d’autre mesure qu’un communiqué plein d’impuissance.

Pendant ce temps, des sources annoncent que des instructions fermes auraient été données pour veiller sur une délégation de 12 personnes au compte du MNLA qui devraient revenir de la Mecque.

Ces personnes auraient bénéficié de la générosité présidentielle pour se rendre aux lieux saints de l’islam cette année. Nos sources rapportent que cette délégation est conduite par Sala Ag AHMED et cette douzaine de personnes devraient être exfiltrées à l’aéroport de Bamako Senou à leur atterrissage prévu ce dimanche 18 Août 2019.

Pourquoi cette particularité? Qu’y aurait-il de si gênant? Ces pèlerins maliens, comme tous les voyageurs qui fréquentent l’aéroport, devraient se soumettre au même circuit et procédures de contrôle.

Dans une publication du journal « Le Monde » le 28 Août 2018, on pouvait lire ceci « Salah Ag Ahmed a été présenté au panel par plusieurs sources indépendantes comme membre proéminent du HCUA [Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad], proche d’Iyad Ag Ghali (…) et comme agent de liaison entre les groupes djihadistes Ansar Eddine et l’EIGS [organisation Etat islamique dans le Grand Sahara]. »

Mais en attendant des informations complémentaires, notre faible État, avec un Président de la République qui a longtemps déboursé, croyant pouvoir acheter la paix, continue de subir le diktat de ces signataires qui, eux aussi, se plaindraient à bien d’égards de la lenteur du processus.

Source: Figaro du Mali