À partir de ce lundi, les JEUNES de Tombouctou décident de bloquer le bateau, de faire arrêter tous les services sociaux de base, jusqu’à nouvel ordre. Après avoir jugés improductifs les actions jusque-là menées pour la prise en compte de leurs préoccupations par les autorités nationales, cette jeunesse désormais consciente du soutien des autorités traditionnelles et locales, décide d’appeler, à partir de ce lundi, à la désobéissance civile.

Selon des sources concordantes, le ministre Tiebilé Dramé a engagé des échanges, au nom du Premier ministre Boubou Cissé, avec les responsables du « collectif Tombouctou réclame ses droits » pour éviter cette paralysie. Des ressortissants de Tombouctou, à la suite des actions de Goundam, Tonka et Niafunke, ont tenu une assemblée générale pour soutenir le combat pour leur région et envisager des actions si l’État continue sa politique de mépris. Beaucoup d’actions de sabotage et de découragement ont été engagées, mais dans la cité des 333 Saints, les imams, les commerçants et toutes les couches semblent adhérer aux actions de leurs enfants, nous dit-on.
En colère pour la reprise des travaux de la route Tombouctou-Léré, la jeunesse de Tombouctou, qui avait aussi bloqué les accès de l’aéroport, engagée depuis une semaine pour ses droits, bénéficie désormais du soutien et de la Baraka des imams. Ainsi, le vice-président du HCI de la région, Alphadi Wangara, l’imam de la mosquée de Sidi Yahia soutient, depuis ce vendredi sans relâche les jeunes. Les femmes et une grande partie de la société civile sont aussi à leurs côtés, à cause du silence injustifié des autorités du pays.
Face à cette situation, les forces internationales cantonnées dans le super camp veulent forcer le blocus des jeunes dont elles sont les victimes collatérales. La tension reste vive dans la cité des 333 saints. Et ce n’est pas tout.
La population de Goundam a marché ce samedi matin pour «réclamer la reprise immédiate de la route Tombouctou Goumacoura», selon le collectif des jeunes leaders de Goundam.
Pour soutenir les actions des jeunes des régions de Tombouctou et de Taoudenit, une assemblée a été conviée, ce samedi à la Pyramide du Souvenir, par tous les ressortissants et sympathisants des régions de Tombouctou et de Taoudenit.
Le collectif et le cadre de concertation et d’action pour Tombouctou exigent des autorités maliennes une réponse claire et nette concernant la route Leré-Tombouctou :
-la date de la reprise des travaux
-la construction de la route Tombouctou-Kabara-Koriome qui devrait s’arrêter à l’aéroport sous financement de la Minusma.
– la sécurisation des populations et de leurs biens.
Pour cela ils exigent de parler avec le PM ou rien.

Par Sidi DAO

Source: info-matin