Série d’attaques à Mopti : plus de 30 morts dont 12 militaires

Trente-trois morts dont douze militaires maliens et quatorze blessés, c’est le bilan provisoire d’une série d’attaques perpétrées dans la nuit du lundi 12 à ce mardi 13 octobre 2020. Les attaques ont eu lieu à Sokoura, dans le cercle Bankass, et près de Bandiagara, région de Mopti. Au même moment, dans la région de Ségou, les habitants du village de Farabougou sont pris en otage par de présumés terroristes.

L’armée malienne a été attaquée dans la nuit du 12 au 13 octobre, à Sokoura dans le cercle Bankass, région de Mopti. Le bilan provisoire est de neuf morts et quatre blessés. Quelques heures plus tard, le renfort dépêché sur les lieux est aussi tombé dans une embuscade sur le pont de Parou dans la même localité. Selon un communiqué des forces armées et de sécurité, l’armée a enregistré trois morts, dix blessés et des militaires portés disparus suite à cette embuscade. Le même document indique que les présumés terroristes comptent neuf morts et deux véhicules détruits. Quatorze forains ont également été tués ce même mardi alors qu’elles quittaient Bandiagara pour Bankass.

Dans la région de Ségou, une vingtaine de personnes ont été enlevées samedi dernier à Farabougou dans la commune de Dogofri. Neuf autres personnes ont été tuées sur place par les assaillants qui seraient toujours présents dans le village. Pour rappel, depuis bientôt une semaine, les populations de ce village vivent un blocus imposé par les jihadistes. Personne n’entre et ne sort du village. Cette situation provoque le manque de nourriture dans le village, selon des élus communaux. Pour l’instant, ces deux attaques n’ont pas été revendiquées.

Elles interviennent quelques jours après l’opération de ratissage de l’armée malienne dans le cercle de Djenné, précisément à Samadougou. Une quantité importante de munitions avait été récupérée et des présumés terroristes arrêtés à travers cette opération.
Qu’est ce qui explique la recrudescence des attaques terroristes contre les civils et les militaires ? Pourquoi les assaillants occupent actuellement les villages attaqués ? Le manque de patrouilles militaires et l’absence des forces armées et de sécurité dans les zones concernées sont entre-autres les réponses à ces questions estiment certains analystes.

 

Source: studiotamani

Vous allez aimer lire ces articles

Sale temps pour l’EIGS dans le cercle d’Ansongo: Plusieurs de ses terroristes abattus et des armes détruites

Manifestation contre la France à Kidal

Opération de Barkhane dans la zone dite « des trois frontières »: Plusieurs combattants de l’EIGS mis hors de combat, leur logistique détruite

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct