Tout est parti de Kidal et tout se terminera par Kidal. Voici le résumé substantiel de la crise malienne. Depuis des années, l’on s’attèle à chercher la solution à un problème que l’on ne fait que déplacer. L’on s’est attaqué à diverses cibles politiques, diplomatiques et même militaires qui, en effet, n’étaient autres que la conséquence du problème, et non, le problème lui-même. Désormais, il s’agira de chercher l’unique source du problème malien en Kidal. Une ville qu’il faille, à tout prix, arracher des mains de la CMA.

La main du Mali, à travers un Etat faiblard, a été forcée par la communauté internationale pour que l’ultra-minorité des apatrides de la CMA, dicte ses lois au Gouvernement malien suite à la signature d’un Accord qui soit des plus honteux de notre histoire. Ce, avec comme principal maître d’orchestre, la France, un « partenaire » dont la duplicité n’est plus à nier.
D’ailleurs, c’est cette même France qui, au préalable, avait signé un accord secret avec les rebelles de Kidal, leur assurant le soutien politique, diplomatique, logistique, militaire et financier nécessaire dans le cadre d’une guerre ouverte contre l’Etat du Mali. C’est également cette même France qui, après avoir arraché la ville de Kidal aux mains du MUJAO, en février 2013, l’a remise au MNLA aussi bien qu’empêcher systématiquement l’entrée des soldats maliens dans la région jusqu’aujourd’hui. L’administration malienne, également, est jusqu’ici interdite de déploiement sur le sol kidalois, au profit du règne anarchique de la CMA. Depuis, les attaques extrémistes contre l’Armée et les populations maliennes n’ont pas cessé. Malgré la présence d’une protubérance de forces tous azimuts sur le territoire malien, l’hécatombe contre les soldats maliens continue, et même, avec une acuité suicidaire. En dépit de toutes les mesures militaires annoncées, les forces armées maliennes continuent de payer le plus lourd tribut dans cette guerre qui ne fasse qu’enfoncer le pays chaque jour encore plus.
Qu’est-ce qui se passe donc ? Où se trouve le vrai problème ? En vérité, c’est bel et bien Kidal, toute la racine du problème malien ! Cette ville se trouve injustement coincée entre les mains d’une horde d’imposteurs et qui, ironiquement, impose sa logique à une nation entière. Kidal, extrêmement riche en narcotrafics, ventes d’armés et banditisme en tous genres et qui soit la principale porte d’entrée des groupes terroristes au Mali, est sans nul doute la seule vraie source de l’insécurité multiforme qui assaille le pays depuis que la ville s’est retrouvée sous l’emprise de la CMA. Cette position géostratégique donne à ce groupuscule de malfrats, toutes les possibilités de combattre indirectement l’Armée malienne, particulièrement, à travers ses fortes connexions avec les groupes jihadistes qui accèdent au Mali par Kidal.
En conséquence, aucun des moyens militaires pompeusement mis en place pour enrayer l’insécurité au Mali, notamment, le terrorisme, ne viendrait à bout du problème malien aussi longtemps que Kidal ne sera pas arraché des mains de ces bandits armés. Car, c’est par les différentes localités frontalières de la ville que les combattants extrémistes font incursion dans le pays pour commettre les pires crimes contre l’Etat du Mali. Ce, au grand plaisir de la CMA.

Moulaye DIOP

Le Point du Mali