Le siège de la Fédération malienne des personnes handicapées (FEMAPH) a abrité jeudi un atelier organisé par le projet intitulé : «Des entreprises engagées en faveur de l’intégration du handicap » (DEEFIH). L’ouverture des travaux, présidée par la représentante du ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle, de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, Mme Togo Yagalé Marie Togo, s’est déroulée en présence du directeur de programme de Handicap international, Benoît Couturier, du président de l’Association malienne des gestionnaires des ressources humaines (AMAGRH), Nouhoum Diakité, et du président de la Fédération malienne des personnes handicapées, Moctar Ba.

personnes handicapée
Le séminaire était destiné à faire connaître le projet DEEFIH à l’ensemble des acteurs impliqués dans sa mise en œuvre. Il a regroupé l’ensemble des autorités administratives et techniques des secteurs de l’emploi, des organisations de la société civile œuvrant dans le domaine de l’emploi et de l’inclusion des personnes handicapées et de toutes les organisations ou personnes engagées dans le combat du respect des droits des personnes handicapées, en particulier les femmes et les jeunes.
Ce projet envisage de promouvoir l’emploi salarié décent des personnes handicapées, en particulier les femmes et les jeunes. Et s’inscrit dans un cadre législatif relativement favorable et une volonté affichée des partenaires identifiés d’améliorer l’insertion professionnelle des personnes handicapées. Le projet qui intervient dans les six communes du district de Bamako, a débuté le 2 mars 2015 et prendra fin le 31 décembre 2016.
Le président de la FEMAPH, Moctar Ba, a expliqué que dans les deux premières phases du projet (de 2008 à 2011 et de 2011 à 2013), 330 personnes ont été accompagnées dans leur parcours d’insertion et 108 micro-entrepreneurs en situation de handicap. Ceux-ci ont été suivis, formés et financés par le biais d’un crédit adapté aux personnes handicapées. 26 personnes handicapées ont été embauchées dans un emploi formel, suite à un accompagnement de proximité et des formations en techniques de recherche de l’emploi. Cette démarche vient en complément aux efforts du gouvernement pour la prise en compte de la dimension du handicap dans tous les projets sectoriels, conformément à la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CIDPH), a rappelé le président de la FEMAPH. Il a exhorté les organisations de personnes handicapées à en faire autant pour la réussite du projet.
Le président de l’AMAGRH, Nouhoum Diakité, a garanti la présence de son association sur tous les fronts pour l’emploi en général et pour l’emploi des handicapés en particulier.
Pour le directeur de programme de Handicap international, Benoît Couturier, « si la démarche de renforcement des compétences et de création d’entreprises a donné des résultats intéressants grâce aux actions de l’Etat et de ses partenaires, l’accès à un emploi salarié décent des jeunes handicapés diplômés reste difficile dans la Fonction publique et dans les entreprises privées ou les organisations». Handicap international, en consortium avec l’EIHD et l’AMAGRH, a donc initié ce projet dans la perspective de réduire le manque d’adéquation entre d’une part, les aptitudes des personnes handicapées en recherche d’emploi et d’autre part les perceptions et exigences du monde de l’emploi. Ce projet, a souhaité Benoît Couturier, permettra de répondre aux évolutions sociétales dans le pays et aux évolutions de formation des personnes handicapées dont un certain nombre sont qualifiées mais sans emploi.
Le responsable de Handicap international a souligné l’impérieuse nécessité de la participation des agences de l’Etat, des organisations de personnes handicapées, des entreprises à la lutte contre l’exclusion et pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées.
La représentante du ministère, Mme Togo Yagalé Marie Togo, a souligné que cet atelier de lancement DEEFIH témoignait de l’effort dans la continuité tant du côté des partenaires à remercier pour leur appui multiforme et constant que du côté des autorités qui ne ménagent aucun effort pour accompagner cette frange de notre population fragilisée.
Habib BERETE

source : L Essor