Séparés voilà 16 ou 17 ans, à la faveur de l’irruption de Chérif Gadjigo dans leur vie de couple et officiellement mariés en son temps, sous le régime de la monogamie, Modibo Diabaté, le ‘’Diamond Finger malien’’ (Doigts de diamant) et la star de la chanson Fatoumata Koné dite Babani, ne seraient plus loin de se conter fleurette à nouveau.

21Renversé par le coup d’état de mars 2012, il est en exil aujourd’hui à Dakar au Sénégal. Alors, quels sont les avantages ou les inconvénients du retour d’ATT réclamé par ses partisans? ATT en exil à Dakar a-t-il un effet négatif sur le vécu quotidien des maliens ? Son absence empêchera-t-il les autorités actuelles à mener à bien leur mission ?
Nous ne répondrons pas par oui ni par non. Nous disons tout simplement que le Mali est aujourd’hui oubliée de tous, trahi par ses propres enfants. A  l’accession du pays  à l’indépendance en 1960, après 7ans passés à la tête du pays,  le 1er président du Mali Modibo Keita est
renversé à cause de ses projets politiques,  par  Moussa Traoré en 1968. A la tête d’un comité militaire, très rusé, il  a pu diriger avec une main de fer les maliens et s’est maintenu pendant 23 ans au pouvoir. Moussa Traoré fut  à son tour renversé par Amadou Toumani Touré reconnu à l’époque comme un héros national, à la suite d’une révolution populaire qui occasionna  l’avènement de la démocratie au Mali et la mise en vigueur d’une nouvelle constitution le 25 février 1992. Après une Transition menée tambour battant par le CTSP composé des militaires et des membres des forces vives, les élections furent organisées et  Alpha Oumar Konaré sera élu et dirigea le pays pendant 10 ans (2 mandats de 5 ans) et a su résister aux diverses  difficultés qui ont jalonné son parcours à la tête de l’Etat, en partant avec honneur et dignité.

L’alternance tant souhaitée par tous les démocrates est respectée, et revoilà Amadou Toumani Touré, candidat indépendant soutenu par le parti majoritaire de l’époque (ADEMA PASJ), après le scrutin de 2002.
Un dirigeant toujours aimé par son peuple, pour tout ce qu’il a posé comme actes majeurs lors de la révolution de mars 1991. Grand bâtisseur devant l’éternel,  il dirigea pendant 9 bonnes années avec l’essentiel des partis politiques  et fut emporté par le consensus ainsi créé et la crise sécuritaire du Nord, suite à  une mutinerie des sans grade de Kati le 22 mars 2012.

Le  coup d’état  s’est déroulé devant  son peuple et ses partisans qui l’adulaient, sans que personne ne soit levé pour protester à plus forte raison, mourir pour la cause de l’ex président Amadou Toumani Touré. Après le putsch le plus inutile de l’histoire, le Mali a été pillé, saccagé, meurtri dans le septentrion par les obscurantistes, les djihadistes et les rebelles et au Sud par les putschistes, les mutins. Ces forces du mal ont boutées hors du Mali in extrémis, grâce à l’intervention de la CDEAO, l’UA, l’ONU et la Communauté internationale et  surtout  grâce à l’intervention de la France par son  opération Serval  qui bloqua net la progression des jihadistes d’Iyad Ag Ali vers Bamako, à Konna. Dioncounda Traoré président par intérim a pu bien mener la transition et organiser des élections libres et transparentes, ou IBK fut triomphalement élu avec  77% des voix de l’ensemble des  maliens, traduisant ainsi la confiance des maliens pour ce grand homme d’Etat, pour sortir le pays de la crise multidimensionnelle. A moins de trois ans d’exercice de pouvoir,  le peuple murmure son impatience et sa déception. Laissons le Vieux réaliser son rêve, Oh combien noble de rendre au peuple malien, sa dignité pour le bonheur du Mali et des maliens.

Aux partisans de ATT, nous réaffirmons qu’il est un malien comme les autres avec des droits et des devoirs,  surtout comme l’a si bien dit le président, que : « IBK est son grand frère, qu’il n’y a rien entre
eux et que tous, l’aide à passer avec le pays ce cap difficile ».

Bassala Touré (Stagiaire)

 

Source: La Nouvelle Patrie