La Maison des Ainés de Bamako a abrité le samedi 24 février dernier, la 2èmeconférence nationale du Parti pour l’Action Civique et Patriotique (PACP). Une conférence au cours de laquelle, le président d’honneur, Niankoro Yeah Samaké, a été investi officiellement pour porter les couleurs du parti à l’élection présidentielle de 2018.

La cérémonie d’ouverture qui a enregistré une forte mobilisation des militants et sympathisants du PACP, était présidée par Dr Oumar Keita, président exécutif du PACP. Il avait à ses côtés, Odiouma Koné, président de la commission d’organisation, MorySamaké, vice-président et MoussokouraSamaké, présidente du mouvement des femmes du PACP. On notait également la présence du président d’honneur du parti, NiankoroYeah Samaké et des représentants des partis amis dont KalfaSanogo de l’ADEMA, Maire de la commune urbaine de Sikasso.

Dans son discours d’ouverture, Dr Oumar Keita a fait savoir que le PACP grandit à travers l’adhésion de nouveaux membres. Selon lui, conformément à sa vision de patriotisme et de civisme, le PACP ne milite pas en faveur ou contre un bord politique.

Dr Oumar Keita a dénoncé certains maux dont souffre le pays. Il s’agit de la mauvaise gouvernance, l’insécurité, la problématique de l’emploi des jeunes, le non-respect de l’accord issu du processus d’Alger, etc.

« Au PACP, la piste à explorer est la conquête du pouvoir », précise le président du PACP.

Après la cérémonie d’ouverture, les délégués venus de tout le pays et de la diaspora ont été répartis entre les différentes sous­-commissions de travail. Il s’agit de la commission d’investiture qui avait pour mandat de désigner un candidat pour les prochaines élections présidentielles et une commission de relecture des textes du parti.

A l’issue des travaux, le président d’honneur, Niankoro Yeah Samaké a été investi à l’unanimité, candidat  du parti aux prochaines élections présidentielles.

Une décision appréciée par Niankoro Yeah Samaké qui a remercié l’ensemble des délégués du parti pour la confiance placée en lui. L’ancien Ambassadeur  du Mali en Inde a invité les autorités du pays et leurs partenaires à tout mettre en œuvre pour que ces élections puissent se tenir aux dates prévues et qu’elles soient libres et transparentes. Pour lui, son parti ne se contentera pas de se présenter aux élections seulement mais va tenter de les remporter.

Il  s’est dit conscient des maux du pays qui poussent les jeunes à se lancer dangereusement vers la route de l’immigration. Mais aussi des maux comme la spéculation foncière sur les terres des pauvres paysans, le détournement de l’argent public qui a poussé les investisseurs à tourner le dos au Mali, le grand délestage qui joue sur le fonctionnement des entreprises, les morts civils et militaires chaque jour à cause de l’insécurité au Centre et au Nord du pays.

Pour pallier à tous ces problèmes, Niankoro Yeah Samakéenvisage une nouvelle forme de gouvernance qui mettra le Malien en confiance avec ses gouvernants, qui mettra le Mali au-dessus des intérêts personnels, une gouvernance qui rendra fidèlement compte. Selon lui, le Mali dispose suffisamment de ressources pour ne pas avoir à subir la misère qu’il connait actuellement à cause de la mauvaise gouvernance. Dans sa politique dite autrement, Yeah Samaké promet d’inspirer les Maliens, de leur redonner leur fierté. Car pour lui, il n’est pas concevable que la destinée du pays soit dictée par d’autres pays.

« Comme demandé par le chroniqueur Rasbath, si Boua (IBK) laisse le pouvoir, qu’on me confie le pays en 2018 », a demandé NiankoroYeah Samaké.

Les travaux des commissions ont été sanctionnés par des recommandations à l’endroit du Bureau Exécutif du parti. Parmi ces recommandations, l’amélioration de la communication interne et externe du parti, la forte mobilisation des membres du parti autour du candidat pour une victoire écrasante aux prochaines élections.

M.D

Source: Tjikan