Le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA a effectué du 22 au 24 novembre 2017, une tournée dans la région de Sikasso. Cette visite présidentielle d’inscrivait  dans le cadre du lancement officiel de la campagne nationale de vaccination du cheptel édition 2017-2018. Au cours de ce périple sikassois, le président IBK s’est intéressé aux services sociaux de base. Notamment, l’eau, l’électricité, la santé, les infrastructures routières et le monde agricole.  Cette visite était un véritable défi à relever  pour le Chef de l’Etat pour jauger sa cote de popularité dans la cité du Kénédougou, fief électoral de son frère et ami Kalfa Sanogo, devenu depuis un moment l’un de ses plus virulents adversaires. Elle fut fabuleuse et Ladji Bourama en est retourné ragaillardi. Flash back.   

sortir mineur enfant eleve etudiant ecolier presidentiel ibk ibrahim boubacar keita sikasso

Sikasso avait un besoin de contact avec IBK. Cela s’est manifesté tout au long de sa tournée dans la troisième région administrative du pays. Les Sikassois sont allés à la rencontre de leur président IBK pour lui exprimer leur joie et leurs attentes.  Cette tournée très bien ciblée aura été la plus populaire et la plus importante pour le président depuis son accession au pouvoir en septembre 2013. Bougouni a ouvert la balle.

Bougouni : IBK chez Mogotigui…

Deuxième du genre depuis 2015, la première étape de cette visite a concerné Bougouni, base électorale de son conseiller, Mamadou Blaise Sangaré, alias Mogotigui. Ce mercredi 22 novembre, les populations de la capitale du Banimonotié sont sorties massivement pour accueillir la délégation présidentielle. A Bougouni,  IBK s’est rendu chez le chef de quartier, dans la grande famille Diakité où toutes les notabilités et confessions religieuses l’attendaient. L’occasion était bonne pour formuler des prières et bénédictions pour notre pays et à la délégation d’IBK. Il en a profité pour recenser les doléances de la chefferie. A l’issue de cette visite de courtoisie une enveloppe symbolique a été remise au chef de village.

 

Zantièbougou : IBK offre 30 véhicules tricycles médicalisés

 

Aux environs de midi et demi, la délégation du président a fait une escale à Zantièbougou. Devant une marrée humaine, le président de la République, IBK a procédé à la  remise des tricycles médicalisés aux populations des 5 communes concernées par le projet de la route Zantièbougou Kolondièba. Le président de la République s’était engagé en novembre 2013, à Kolondièba, à faire ce geste à l’endroit de trois villages du cercle de Bougouni dans la commune de Zantiébougou et 27 villages du cercle de kolondiéba, aux centres de santé des communes riveraines du corridor Bamako-Zantiebougou – Boundiali – San Pedro. Cette acquisition permettra d’assurer le transport des malades, en particulier les femmes enceintes vers les centres périurbains et urbains dotés de Centres de Santé appropriés.  Le Financement de l’acquisition de ces véhicules est entièrement assuré par le budget d’Etat. IBK a profité pour visiter le chantier de  cette importante  route qui va relier Zantiébougou-Kolondiéba jusqu’à frontière Côte d’Ivoire dont lui-même avait lancé les travaux en 2016.

 

 Koumantou : Bakary Togola sollicite un second mandat pour IBK…

A Koumantou,chef-lieu de la Commune dont relève Niamala, le village natal du bouillant Bakary Togola, le paysan N° 1 du pays, l’accueil fut fabuleux. Bakary Togola a mis le paquet pour la cérémonie de remise des kits aux CSCOM de la région de Sikasso au gouverneur,  des décortiqueuses de maïs et des repiqueuses de riz pour les femmes de la localité. Le Président de l’APCAM, M. Togola, non moins Président de la Confédération des sociétés coopératives des producteurs du coton, a saisi l’occasion pour remercier chaleureusement le président IBK pour sa confiance et pour tout ce qu’il a fait pour le monde paysan. «Tout ce beau monde que vous voyez, monsieur le Président, ce sont vos inconditionnels. Tu n’as rien fait de mal dans ce pays. Si, c’est gâté, c’est quelqu’un d’autre sinon pas vous. 2018 n’est pas encore arrivé. Mais sache que tous les paysans, les pêcheurs et les éleveurs sont avec toi, IBK. Ne crains rien, vous avez notre soutien. », a rassuré Bakary Togola. A Koumantou, la mobilisation a été à la dimension de l’hôte ! Après le cérémonial d’usage, le président de la République a remis des kits solaires et équipements agricoles au Gouverneur pour la région. A son tour, le Gouverneur Bougouzanga Coulibaly a remis des kits solaires aux districts sanitaires de Bougouni et de Niena et aux 2 préfets de Bougouni et Sikasso. Après cette activité, le président a mis en marche le kit solaire installé sur les lieux. La délégation présidentielle a ensuite visité l’usine d’égrenage de la CMDT à Kokouna en compagnie du PDG de la CMDT, Baba Berthé. Cette usine a été  mise en service en 1990, avec une capacité de production (actuelle) de 54.000 tonnes de coton graine en 150 jours. L’usine emploie 250 personnes.

 Niéna : IBK fait œuvre utile !

A Niéna, le village de l’équipementier des Aigles du Mali, Malamine Koné dit Airness, IBK a fait une petite pause pour saluer les notabilités et en a profité pour offrir un tricycle à un handicapé physique, dont le dynamisme et la présence sur les lieux ont ému le chef de l’Etat.

 20 milliards de F CFA pour une autoroute à Sikasso

Le clou de cette première journée a été l’accueil triomphal et très populaire qui a été réservé au chef de l’Etat dans la ville de Sikasso. Les Sikassois l’attendaient à la place Lamissa Bengaly, au quartier Médine, pour le lancement des travaux de l’autoroute 2×2 voies de la traversée de la ville de Sikasso. L’objectif global du projet est de contribuer à l’amélioration de la mobilité urbaine dans la ville Sikasso en vue de dynamiser les échanges économiques au niveau national et régional. Autrement dit, il s’agit d’assurer une meilleure fluidité du trafic routier dans la ville de Sikasso en offrant aux usagers un très bon niveau de service. La fluidité de la mobilité des populations et des marchandises sera assurée pour environ 188 000 personnes supplémentaires qui emprunteront annuellement les voies aménagées et 1,5 million de tonnes de marchandises supplémentaires qui transiteront annuellement par les infrastructures routières construites ou réhabilitées. L’ouvrage permettra aussi de contribuer à la création de près de 6 mille emplois indirects ou directs induits, la création d’environ 20 milliards de valeur ajoutée indirecte ou induite, la production de recettes fiscales indirectes ou induites pour l’État à hauteur de 1 milliard de FCFA/an.

Selon la ministre de l’Equipement et du Désenclavement, Mme Traoré Seynabou Diop, les travaux seront exécutés par la Compagnie sahélienne d’entreprises, pour un montant de 19 milliards 112 millions 336 mille 330 F CFA pour un délai de 18 mois. Le contrôle sera assuré par le bureau d’études CIRA-sa pour un montant de 1 milliard 052 millions 401 mille 520 F CFA pour un délai d’exécution de 20 mois.  Dan son discours, elle dira que la BOAD intervient dans le financement de 20 milliards de F CFA et le budget national pour 1 milliards 151 millions de nos francs. « Le tronçon urbain de la RN7 constitue le tuyau de l’entonnoir qui draine le trafic en provenance de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et des villes de Koutiala et Bamako, à travers la ville de Sikasso, avec toutes les difficultés imaginables, particulièrement les dimanches, jours de foire hebdomadaire. C’est pourquoi, son aménagement était devenu un impératif pour assurer la fluidité du trafic, la sécurité et le confort des usagers de la route. », a souligné la ministre Diop. Après l’intervention du maire de la ville de Sikasso, Kalfa Sanogo, et celle du représentant résident de la BOAD au Mali. Un film documentaire sur le projet a été présenté au public.  Le président de la République IBK a  donné le premier coup de lame, qui annonce  le démarrage des travaux d’aménagement en 2×2 voies de la traversée de la ville de Sikasso. Ce lancement a été suivi d’une visite au vestibule de la famille Traoré.

Des vaccins pour plus de 55 182 000 animaux…

Dans la matinée du jeudi, IBK a inoculé la première dose de vaccin à un bœuf, lançant ainsi laCampagne officielle de vaccination du cheptel, édition 2017-2018. C’était à Bougala Hameau, en présence du ministre de l’Elevage et de la Pêche Mme, Ly Taher Dravé.  Ce geste d’IBK est une tradition instaurée depuis l’accession de notre pays à l’indépendance. Le choix de Bougala Hameau, n’est pas fortuit, c’est une zone à forte transhumance du cheptel. Le but de la campagne est de contrôler les maladies animales majeures. Ce sont des maladies mortelles pour les animaux dont certaines sont transmissibles à l’homme. Il s’agit, entre autres de la péripneumonie contagieuse bovine, la fièvre aphteuse, les pasteurelloses, les charbons, la peste des petits ruminants, la maladie de Newcastle et la rage.

Le but visé est d’informer les plus hautes autorités de l’Etat sur les préoccupations des éleveurs, informer et sensibiliser les éleveurs sur la vaccination des animaux. L’élevage est l’un des piliers sur lequel repose l’économie malienne.

Le sous-secteur constitue aussi la principale source de subsistance pour plus de 30% de la population. Dans le cadre du développement de cet important maillon de notre économie nationale, chaque année, le Ministère de l’Elevage et de la Pêche procède au lancement officiel de la vaccination du cheptel national.

« La vaccination des animaux est une question de survie en matière de la santé animale et humaine. Elle a des avantages aux plans sanitaire, économique et  social. Toutes les espèces animales y compris les canins et les camelins sont concernées par cette campagne. », a martelé Mme le ministre.

La campagne 2017/2018 touchera 6 663 291 bovins contre la péripneumonie contagieuse bovine ; 3 134 310 bovins contre le charbon symptomatique ; 3 762 810 bovins contre la pasteurellose bovine ; 4 379 400 moutons et chèvres contre la peste des petits ruminants ; 11 254 600 sujets de volaille contre la maladie de Newcastle. Soit un total de plus 55 182 000 têtes d’animaux et de volailles. Grâce aux efforts consentis par le Gouvernement, la quasi-totalité des vaccins utilisés sont produits au Mali par le Laboratoire Central Vétérinaire (LCV). Au nom des éléveurs du Mali, Bakary Togola a remercié le président pour ses efforts louables en faveur du monde rural. Le président a profité de cette occasion pour décerner des distinctions honorifiques aux plus méritants.

 

De l’eau potable pour plus de 245 110 habitants…

 

Dans l’après-midi, IBK a  inauguré la nouvelle station d’adduction d’eau potable la ville du Sikasso. Cette cérémonie a eu lieu dans le village de  Missirikoro, situé à une vingtaine de kilomètres de Sikasso. Ce projet de ravitaillement en eau s’inscrit dans le cadre de la concrétisation du Programme Présidentiel d’urgences sociales (PPUS), le président Ibrahim Boubacar Kéita a procédé à l’inauguration de la nouvelle station d’adduction d’eau potable de Sikasso. Ces ouvrages contribuent au renforcement de la capacité d’approvisionnement en eau potable des populations de la capitale du Kénédougou avec une augmentation significative du système d’adduction d’eau potable (AEP). Ceci intervient seulement quelques semaines après l’étape de Kayes. Il permettra de soulager les 245 110 habitants des 6 (Six) quartiers de la ville, qui auront, désormais, un accès économique à l’eau potable et de lutter contre la corvée d’eau qui de nos jours avec les travaux de réalisation de 8 forages d’exploitation avec des débits d’exploitation satisfaisants. La capitale du Kénédougou, disposera également entre autres de 19 forages contre 12 ; un débit d’exploitation cumulé de 19 000 m3/jour contre 8000 m3/jour ; 6 quartiers seront desservis, 112 bornes fontaines, 39 aires de lavage sur une longueur totale de réseau évaluée à 547 km (contre 397 km avant).

Le nombre d’abonnés sera de 9 736 abonnés dont 66 bornes fontaines publiques avec 39 aires de lavage. La situation indique 150 km par le projet contre 400 km.

Il faut retenir que grâce à ces infrastructures, la ville de Sikasso est approvisionnée en eau potable depuis le 24 avril 2017 sans interruption. Les branchements sociaux qui étaient de 1500 unités sont portés actuellement à 3000 unités soit le double. Ils sont spécifiquement destinés aux bénéficiaires les plus démunis et répondant à un critère préalablement défini. La majeure partie des réservoirs d’eau des trois zones de pression, étaient presque ou totalement vides. Cela traduisait un besoin important en eau. Le réseau à une longueur de 400 km. Le président de la République, Chef de l’Etat a procédé aussi à un branchement social d’eau potable chez un bénéficiaire. Le coût de l’accessibilité au branchement est seulement de 50 000 FCFA au lieu de 120 000 FCFA requis, soit une prise en charge par l’Etat malien de trois cent cinquante millions (350 000 000) de FCFA.

« Ainsi, dans la région de Sikasso, les centres de la SOMAGEP SA ont été créés dans les villes de Kadiolo, Kolondiéba, Koury, Yanfolila, Yorosso, Zégoua et Mahou pour la gestion de l’eau potable. Les populations, qui jadis payaient le mètre cube d’eau à 500 francs au moins, ont, grâce à la gestion de la SOMAGEP, l’avantage de s’offrir le service d’accès du même mètre cube d’eau potable, rendu jusqu’à leur domicile, à 113 francs CFA, comme à Sikasso, Tombouctou ou Kayes. », a expliqué  Malick Alhousseini,  Ministre de l’Energie et  de l’Eau.

 

Kouoro-Barrage un témoignage éloquent d’un Mali qui bouge…

 

Le vendredi 24 novembre, tôt le matin, la délégation présidentielle s’est rendue dans le village de Kouoro pour l’inauguration du pont de Kouoro-Barrage. C’est dans une liesse populaire que les habitants de Kouoro et environnants sont sortis massivement pour accueillir le chef de l’Etat. Sur le pont on pouivait lire les messages comme :« Les populations, ressortissants et sympathisants de Kouoro vous disent merci pour la promesse tenue. » ; « Pont de Kouoro-Barrage un exemple éloquent d’un Mali qui bouge et se construit avec le président IBK. ». La réalisation de ce pont est une autre promesse présidentielle, faite en 2015 lors du passage du président dans ce village. Car l’ancien pont en fer qui date de 1967 est devenu vétuste. D’où la réalisation d’un nouveau pont à Kouoro. Les travaux de la construction ont démarré le 19 septembre 2016 pour un délai d’exécution de 15 mois. L’entreprise chinoise, la COVEC a terminé les travaux avant le terme du délai contractuel. La réconstruction de ce pont de Kouoro-Barrage et de ses voies d’accès sur la RN 11 entre Sikasso et Koutiala rentre dans le cadre du Programme d’aménagement d’infrastructures routières structurantes (PAIRS).La réalisation du Pont  revêt une importance capitale dans la modernisation du réseau routier du Mali en général et de celui de la région de Sikasso en particulier. Cet ouvrage a coûté à l’Etat malien et à ses partenaires financiers pres de 3 milliards de F CFA. Il met fin au calvaire récurent de rupture du trafic sur l’axe Sikasso-Koutiala-San, causé par la dégradation fréquente du pont métallique existant mais inadapté au trafic actuel.

« Le projet va contribuer à l’amélioration des revenus des populations locales par la création d’emplois directs et indirects allant dans le sens de la lutte contre la pauvreté et au renforcement des échanges. Et désenclave Kouoro en le reliant aux autres localités du pays », a laissé entendre le Maire de Kouoro. Qui a révélé devant IBK que lors de l’inauguration de l’ancien pont barrage de Kouoro en 1967, qu’il a accueilli le président Modibo Keita, en tant que pionnier et qu’il est aujourd’hui heureux, en 2017, d’accueillir le président IBK en tant maire de sa commune.  Après la coupure du ruban symbolique, IBK a été la première personne à traverser le nouveau pont pour se rendre à la prière de vendredi à Sikasso.

 Pomme de Terre : SS-FRIGOSUD innove…

 L’après-midi de ce vendredi, dernière journée de la tournée, a été consacrée à la pose de la première pierre de la construction du centre de conservation de la pomme de terre de Sikasso, dans le cadre de l’amélioration et du développement des infrastructures commerciales notamment de stockage et de conservation des produits agricoles. Et ce, conformément à la vision du président de la République, « Le Mali d’abord », qui préconise le développement d’une politique de renforcement des capacités des organisations et associations professionnelles agricoles pour parvenir à l’autosuffisance au plan national et à un meilleur positionnement de nos produits sur les marchés extérieurs.  Ainsi, l’infrastructure, qui sera bâtie sur le site de l’ancienne aérogare de la capitale du Kénédougou, coûtera 1 milliard de FCFA. Son financement sera assuré par le gouvernement du Japon sur sollicitation du gouvernement de la République du Mali, à travers le Ministère du Commerce.

Le choix de Sikasso pour abriter une telle infrastructure n’est point le fait du hasard au regard de l’importance de sa production et de l’organisation de ses acteurs à travers le groupement interprofessionnel de la pomme de terre. La preuve, quelque 187 villages pratiquent cette activité au sein de 120 coopératives agricoles pour une production de 111 000 tonnes. La  production nationale est estimée à  204 000 tonnes (données de 2017).

Avant de prendre son vol pour Bamako, le président de la République IBK a inauguré en présence du ministre du Commerce Abdel Kader Konaté dit Empé, la plateforme de stockage frigorifique, de conditionnement et d’exportation de tubercules (SS-FRIGOSUD) de M. Ousmane Sidibé, frère ainé de notre confrère Ismaël Sidibé, promoteur de la Chaine Africable. Selon son promoteur, SS-FRIGOSUD est un entrepôt frigorifique d’une capacité de 3 000 tonnes à Sikasso, destiné au stockage de longue durée des tubercules produits localement comme la pomme de terre et la patate douce, ainsi que leur exportation après conditionnement. Il est détenu à 100% par le groupe malien Agri Union Holding, premier investisseur privé de la zone cotonnière du Mali.  Le groupe emploie au total 240 personnes en période de pointe. Cout total du projet, prés de 1 milliard 910 millions de F CFA. Après la coupure ruban symbolique, le président et sa délégation ont eu droit à une visite guidée qui a mis un terme à cette visite de 72 heures dans la région de Sikasso, Un succès malgré les inquiétudes, C’est donc requinqué, honoré et conforté dans sa posture d’homme d’Etat que le président IBK a pris son avion pour Bamako, aux environs de 19 heures.

Envoyé Spécial Aliou Badara Diarra

 

Source: L’Enquêteur