La salle Aoua Keïta de l’Assemblée nationale du Mali a servi de cadre, hier, mercredi 09 octobre 2019, à la tenue d’une  Journée d’échanges entre l’Assemblée Nationale du Mali et la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali) sur la mise en œuvre de l’accord pour la paix au Mali et le Mandat de la MINUSMA. La Cérémonie d’ouverture a été présidée par le Président de l’institution parlementaire, l’Honorable, Issaka SIDIBE, en présence du Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, Mahamat Saleh Annadif, des honorables députés et d’autres personnalités.

 

Ce n’est pas la première rencontre entre les honorables députés et la mission onusienne au Mali. Au menu des échanges, la situation sécuritaire au Mali, le processus de paix au Mali dont la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger signé entre le gouvernement malien et les groupes armés le 15 mai et 20 juin 2015 à Bamako. Au cours de la rencontre d’hier, le président de l’Assemblée nationale, Issiaka Sidibé s’est dit heureux d’un tel échange, qui prouve l’implication des forces vives de la nation dans la mise en œuvre de cet accord. Avant de mettre l’accent sur l’intervention du président IBK lors de la 74ème Assemblée générale de l`ONU (Organisation des Nations Unies). En outre, l’honorable Issiaka Sidibé a signifié le rôle significatif joué par la MINUSMA au Mali, tout en s’inclinant devant la mémoire de tous ceux morts pour la paix au Mali. De son côté, lors de l’ouverture de la séance, le Représentant Spécial du Secrétaire général, Mahamat Saleh Annadif est revenu sur les nombreux défis, relatifs à l’instauration de la paix, la sécurité au centre, les différentes réformes en lien avec la défense, les mécanismes de coordination dans les régions. Il a aussi souligné qu’il y avait moins d’attaques contre les civils depuis le massacre de Sobane Da en Juin. Des faits significatifs d’accalmie, lorsqu’au même moment, d’autres attaques complexes à l’engin explosif touchent les forces de défense et de sécurité maliennes, et les casques bleus de la MINUSMA. Le chef de la MINUSMA a aussi mis l’accent sur une meilleure coordination des acteurs et des partenaires sur le terrain, pour renforcer la sécurité au centre. Ce qui s’ajoute au vaste plan de sécurisation intégré des régions initié par le gouvernement malien.

A.S

Le Républicain