Attaque de Bounti au Mali: la société civile et la classe politique demandent des explications

L’attaque controversée dans le village de Bounti au Mali le 3 janvier dernier, fait réagir la société civile et la classe politique du pays. C’est ainsi que, réunis au sein du M5-RFP (Mouvement du 5 juin- Rassemblement des forces patriotiques), ils ont demandé des comptes, renseigne RFI.

 

Le 3 janvier, une frappe aérienne avait touché cette localité du centre du pays, faisant une trentaine de victimes. Le ministère malien de la Défense et l’opération française Barkhane ont expliqué par communiqué le 8 janvier que des avions de chasse français avaient neutralisé un groupe de terroristes.

Détails flous

Une association peule, la Jeunesse Tabital Pulaaku, affirme quant à elle depuis le 4 janvier que des civils qui assistaient à un mariage ont été touchés. Aujourd’hui, les détails de cet événement restent flous. Et le mouvement politique M5-RFP demande des clarifications au gouvernement malien.

« Vous avez des versions contradictoires, celle de l’armée française et celle de ceux qui sont sur les réseaux sociaux, déclare Choguel Maïga, président du comité stratégique du M5-RFP. Il faut que notre gouvernement, après les investigations et surtout s’il est associé à l’opération, dise la vérité au peuple malien. Le gouvernement du Mali, dans tous les cas de figure, a l’obligation d’assurer la sécurité des citoyens. Or, dans beaucoup de régions, les populations sont attaquées souvent, des villageois sont rançonnés à payer des impôts et quand ils s’adressent à l’administration, aux représentants de l’État, il n’y a aucune réponse ».

« Le gouvernement malien a l’obligation de dire la vérité aux maliens sur tous les événements et de faire en sorte que les maliens ne soient pas abonnés seulement aux versions des gouvernements étrangers et des réseaux sociaux, poursuit-il. Cela n’est pas acceptable. Maintenant, comme il semble qu’il y a des enquêtes qui vont être menées ici et là, nous attendons ici la suite de ces enquêtes mais nous continuons d’être extrêmement vigilants sur tout ce qui se passe dans notre pays ».

Source : Actu Cameroun

Vous allez aimer lire ces articles

Lutte contre la vie chère au Mali : Le FPCVC déterminé plus que jamais à jouer son rôle de veille citoyen pour la baisse des prix des denrées alimentaires

Agence nationale de développement des biocarburants : Le nouveau directeur général, Abdoulaye Kaya, entend redynamiser la structure

Cercle de Koro : Leaders communautaires dogon et peulh pour la paix et la cohésion sociale

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct