Après les autorités traditionnelles et coutumières (familles fondatrices de Bamako) et leaders religieux (Haut conseil islamique du Mali et l’Archevêché), le candidat de la plateforme « Ensemble pour le Mali (EPM) » a rendu une visite d’intérêt au Conseil national du patronat du Mali (CNPM), samedi. Objectif : dire en face aux majors de l’économie malienne, ce qu’il compte faire pour le secteur privé malien, dans les 5 prochaines années, s’il était réinvesti de la confiance des Maliens.

La rencontre s’est déroulée en présence du Premier ministre, Soumeylou Boubèye MAIGA ; du président du CNPM, Mamadou Sinsi COULIBALY ; du directeur de campagne du candidat IBK, Bokary TRETA ; des chefs de partis politiques de la plateforme « Ensemble pour le Mali », le Dr Ibrahim Boubacar BA, Kassa TRAORE, Ousmane Ben Fana TRAORE. On y notait également la présence des présidents des faîtières des différentes organisations professionnelles, etc.
Prenant la parole au nom de la plateforme « Ensemble pour le Mali », Ibrahim Boubacar BA dira : « Le Président IBK connait bien vos problèmes, avec la 2e rentrée économique qui a été une occasion pour nous de passer ensemble en revu les questions qui vous préoccupent. Il a aussi la mesure de votre contribution à l’économie nationale tant en termes de création de richesses, d’emplois comme de recettes fiscales. Donc, votre contribution dans le budget de l’État est très déterminante. Les problèmes qui vous préoccupent, il les connaît, la commande publique, la gouvernance de la formation professionnelle, la création de la caisse de dépôt et de consignation, la labellisation des entreprises ». Et IBB de témoigner que la mise en œuvre de toutes ces questions avance de façon satisfaisante.
Sans trahir un secret, a révélé Ibrahim Boubacar BA, dans le « Mali nouveau » qu’il projette pour les 5 prochaines années, les préoccupations du secteur privé sont en très bonne place.
Quant au président du CNPM, il a fait savoir que c’est un honneur et un plaisir pour lui de recevoir le Président de la République du Mali à la Maison du secteur privé, c’est la première fois.
« C’est la première fois depuis l’Indépendance qu’un Président de la République du Mali foule la Maison de l’entreprise. Et c’est la première fois aussi qu’un Président de la République vient nous voir le jour de l’ouverture de la campagne présidentielle. Tout cela nous honore et nous va droit au cœur », a déclaré le président du CNPM. Et M. COULIBALY d’ajouter : « Vous avez en face de vous les majors de l’économie malienne, ceux qui comptent aujourd’hui et ceux qui font bouger le Mali. Vous avez aussi autour de la table, les présidents des faîtières des différentes organisations professionnelles pour vous écouter et vous entendre et pour voir avec vous l’avenir du secteur privé malien dans les 5 prochaines années, ce que vous allez nous réserver ».
Pour lui, l’originalité c’est la présence des jeunes qui vont bâtir le Mali de demain qui ont déjà commencé à intervenir dans la robotique qui est l’avenir de la technologie, de la production et de l’industrie du Mali.
Avec les patrons d’entreprise du Mali, le président candidat Ibrahim Boubacar KEITA a fait le tour d’horizon du partenariat public privé (PPP) ainsi que les perspectives de cette synergie heureuse pour faire du Mali un pays émergent à l’horizon 2025 avec toutes les potentialités.
Dans cette quête, il est escient qu’il échange « avec ceux qui font bouger le Mali, ceux qui font le Mali de tous les jours, ceux qui nous permettent aujourd’hui de dire le réel du Mali, à savoir la bonne place qu’elle tient dans l’espace UEMOA, malgré un contexte sécuritaire que d’aucuns s’évertuent à noircir autant que possible. Cela ne lui fait aucun complexe, car n’ayant pas hérité d’un pays tout à fait normal.
«Nous avons réussi presque aux forceps à faire en sorte de nous doter d’un outil de décision politique (la défense est l’outil de décision politique de tout Chef d’État dans ce monde d’aujourd’hui, dans un espace agressé comme les forces sahéliennes meurent singulièrement celles du Mali. Nous n’avons pas trouvé une armée digne de ce nom. Des éléments pas du tout aptes et équipés pour la mission. Nous avons eu souci de le faire. Mais dès que nous avons essayé de mettre cela en chantier, que n’avons-nous pas entendu : surfacturation ici, ceci cela, etc. Nous n’avions aucun souci. Mais ce message-là a coûté cher au Mali ; a amené le doute chez les partenaires qui ont observé un temps de pause. Ce n’était plus un problème d’un homme à abattre, mais d’un pays qui sortait à peine de ce que nous avons connu : l’Horreur. Cela nous a coûté très cher », a fait savoir IBK.
Pour autant, il dit avoir continué jusqu’à atteindre ce qui nous vaut aujourd’hui d’être dans la position qui est la nôtre (3e de l’UEMOA et 6e de la CEDEAO), s’est-il félicité.
Le Président IBK s’est félicité des bonnes performances économiques de notre pays, dues surtout à l’allocation de 15 % de son budget national au développement du monde rural.
En conclusion, IBK a indiqué qu’il comptait sur le secteur privé : «pas en termes de réclame politicienne, mais c’est une réelle conviction qui ne date d’aujourd’hui».
Tout en se félicitant du traitement diligent des préoccupations du secteur privé, évoquées lors des rentrées économiques, le Premier ministre a profité de cette rencontre pour dévoiler quelques actions en faveur de l’amélioration du climat des affaires.
Notons que dans la salle de conférence du CNPM, à leur demande, le président IBK candidat à sa propre succession, a reçu l’Association de femmes des camps militaires et paramilitaires du Mali, les veuves et orphelins des vaillants militaires du Mali tombés sur les champs de l’honneur. L’Association des femmes des camps militaires du Mali, à travers cette rencontre, a remercié et salué IBK pour tous efforts en leur faveur durant son premier mandat, notamment les primes de logements, les avantages donnés aux femmes veuves militaires et les orphelins entre autres primes.

Par Sékou CAMARA

Info-matin