Choguel Kokalla Maiga : « Le Mali n’était pas le souci du CNSP»

Après le divorce entre le Mouvement du 5 juin – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) et le Comité national pour le salut du peuple (Cnsp), Choguel Kokalla Maïga a décidé de durcir le ton, allant jusqu’à qualifier les militaires de friands de privilèges.

« Nous n’avons été dupes de rien et rien ne nous a surpris », a affirmé Choguel Kokalla Maïga dans la déclaration du M5-RFP lue ce 24 octobre lors d’une conférence de presse au siège de la CSTM. Selon lui, après la démission de l’ancien président, les militants du M5 et pensent encore que la condition sine qua non de la réussite de la Transition était une saine et loyale collaboration entre les deux acteurs du changement, à savoir le M5-RFP et le CNSP. Mais au lieu de cela, le Cnsp a décidé de marginaliser le M5-RFP et a accaparé, dit-il, tout le pouvoir pour ne pas avoir en face une véritable légitimité qui ne serait ni otage ni impuissant. « Tous les engagements pris, même sous serment d’officier, ont été violés ; les conclusions des concertations sur la Transition ont été falsifiées ; le Président et le vice-premier de Transition ont été choisis par malice et fraude ; les textes régissant la Transition n’ont respecté aucune règle », regrette Choguel Maïga.

Selon lui, cette situation a fait qu’en quelques semaines, l’espoir s’est transformé en défiance, la confiance en déception et que la Transition s’achemine vers une inéluctable impasse. Choguel Maïga de prévenir qu’ils ne laisseront personne empêcher l’émergence d’un Mali nouveau.

« Nous n’accepterons pas la restauration en cours. Nous dénoncerons et combattrons les complots de plus en plus manifestes contre notre peuple…Nous ne laisserons personne perpétuer le régime de IBK sans IBK », a-t-il clamé.

Partant, il souligne qu’ils n’ont été dupes de rien et rien ne les a surpris. Car, il a estimé qu’en quoi ils peuvent être surpris par des gens qui ne prononcent le mot M5-RFP que lorsqu’ils sont contraints. Et surtout, indique-t-il, dès le lendemain du 18 août, ces gens ont renoué avec les pratiques que le M5-RFP a combattues la veille seulement.

Le porte-parole du M5-RFP accuse les membres du Cnsp d’être des friands de privilèges. « En quoi peuvent surprendre des gens qui ont très vite fait la preuve que le Mali n’était pas leur souci et qu’ils sont plutôt en quête de privilèges », a-t-il soutenu. Et d’ajouter que le M5-RFP a fait profil bas pour permettre aux Maliens de voir, entendre, constater et comprendre par eux-mêmes ce qui se tramait contre eux.

Après cette batterie de plaintes, l’homme politique a émis une doléance pour la suite de la gestion de la transition. « L’idéal aurait été que les acteurs du changement, dans le cadre des organes de la Transition, mettent en œuvre le changement. Oui, nous avons voulu être les principaux responsables de la transition pour imprimer notre vision à la marche des affaires. Sans complexe et en toute légitimité. Dans cette optique et toujours en toute légitimité, le M5-RFP réclame, comme un dû, la présidence et le quart des membres du Conseil national de Transition pour encore une fois se donner les moyens politiques et institutionnels du changement et de la refondation », a-t-il réclamé. Et d’appeler les Maliennes et Maliens à rester mobilisés et déterminés pour, dit-il, une rupture véritable avec l’ancien système qui perdure et pour un changement réel par la Refondation du Mali.

Harber MAIGA

 

Source: Azalaï Express

Vous allez aimer lire ces articles

Mali: la visite ministérielle chez les ex-rebelles du nord écourtée

Mali : Le président Bah N’Daw a quitté Bamako pour Paris

Conférence sur la relecture des textes électoraux: Choguel désavoué par des membres du M5-RFP

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct