CHOIX DU COLONEL MAJOR BAH N’DAW : UN « SECURITOCRATE » AVERTI DES DÉFIS DU MOMENT

Le vétéran de 70 ans est donc le Président de la Transition de 18 mois. Retour aux affaires après un passage récent à l’hôtel des armées de Mai 2014 à Janvier 2015. Son profil sera utile dans un Mali submergé par la menace terroriste qui met à mal le pays depuis une décennie.  

Le Colonel Major Bah N’Daw est un acteur qu’on ne présente pas au Mali. Il avait été nommé ministre de la Défense en mai 2014, après la démission de Soumeylou Boubèye Maïga, au lendemain de l’humiliante défaite de Kidal. Son profil militaire permettra d’avancer sur plusieurs réformes car l’armée malienne est en phase de réorganisation pour être plus performante. Entre 2014 et 2019 pas moins de 3 ministres de la défense ont été débarqués au vu de la défaillance de la chaîne de commandement. Les interpellations ont été légion au niveau du Parlement car l’armée croulait face aux assauts terroristes. Avoir un ancien de l’armée nationale pourra permettre de tirer au clair la question de la loi de programmions militaire. De Surcroît quand il s’agit d’un leader de l’armée de l’air, domaine où justement la polémique des avions cloués au sol a pris forme.

Il est clair qu’étant appuyé dans sa mission par le Colonel Assimi Goita , l’ancien aide de camp de feu Général Moussa Traoré va prioriser la question de l’armée nationale. On n’oubliera pas de préciser que le Colonel Major Bah N’Daw a une connaissance profonde de l’actuelle crise sécuritaire qui tire ses origines depuis l’indépendance du pays. A l’époque dans les rangs, il fut au cœur de ce challenge sécuritaire qui secoue le Mali de nos jours suite au coup d’Etat de 2012. Son ancienneté est donc décisive afin de cerner la genèse des questions sécuritaires et identitaires qui ont pris forme dans le Septentrion. Pour avoir été au cœur du système sécuritaire durant toute sa vie, le nouveau président de la transition n’est pas étranger des réalités des FAMAs, lui qui fut leur tutelle jusqu’à la nomination de Modibo Keita comme Premier Ministre en janvier 2015. Son profil permettra aussi de lire les intentions inavouées de ses collaborateurs issus du CNSP car il fut comme eux, porteur d’uniforme.

On peut le constater, l’insécurité prévaut sur une large partie du territoire national. Les Forces de Défense et Sécurité se battent héroïquement mais les guerres asymétriques, se gagnent difficilement et Bah N’Daw en sait assez. S’il faut du temps, de la détermination et la résilience pour atteindre cet objectif, la transition est de 18 mois : le président N’Daw est conscient qu’il a un timing limité. A cet effet, les Forces de Défense et de Sécurité doivent être davantage mobilisées, formées, aguerries. Autrement dit, mises dans les conditions matérielles et morales de la victoire qu’elles ont obligation de remporter contre l’ennemi au nom du peuple malien.

Au Président Bah N’Daw désormais, de prouver que la confiance placée en lui n’est pas fortuite dans une nation à la croisée des chemins. Son mandat de Chef suprême des armées devra être miné d’engagements décisifs pour que le pays recouvre rapidement toute sa sécurité…. Pour le bonheur des maliens !

BAMOISA

NOUVEL HORIZON

Vous allez aimer lire ces articles

Mali: des mesures finalement non restrictives face au coronavirus

Les ambitions conflictuelles de Koulouba

Front social: YELEMA plaide pour un compromis social

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct