Par pur égoïsme, le régime d’IBK a recalé un Hôpital militaire prestigieux de 100 milliards CFA, jamais construit dans la sous-région. Selon les révélations de  Moussa Sinko, les raisons de ce refus s’appuient uniquement sur le fait qu’il pourrait profiter de l’occasion pour se faire une renommée et ainsi être  populaire aux yeux des Maliens si toutefois le projet réussit, et éventuellement avoir également un gain sur la somme colossale qui serait injectée dans l’affaire.

 

Moussa Sinko Coulibaly nous a promis d’éclater toute la vérité sur la situation actuelle du pays à sa sortie le 10 octobre 2019 après des heures d’audition à la gendarmerie du Camp I de Bamako pour ses tweets considérés par les Autorités maliennes d’incitation  à un coup d’État. Chose promise, chose faite ! Ça commence…

Incroyable, quand on écoute la révélation de l’Ex-général. Dans une interview accordée à une radio de la place, les propos de Moussa Sinko Coulibaly font froid au dos. Il commença par ses mots : «  IBK n’aime ni le Mali ni les Maliens».  Puis il enchaine « J’avais eu l’opportunité en collaboration avec des partenaires Etrangers qui me font confiance, de construire un grand hôpital militaire d’une valeur de 100 milliards qui évitera ainsi  aux Maliens de se rendre au Maroc ou en Tunisie pour se soigner ». Cet établissement hospitalier, unique dans toute la sous-région  servira à nous tous».  Il continue : «Nous avons fait deux ans pour élaborer le projet. Des architectes et ingénieurs se sont donnés à cœur joie  pour réaliser un plan de construction de l’hôpital. Lorsque nous avons terminé cette première phase, je suis allé voir le ministre de la Défense pour lui exposer notre intention. Il était tout à fait d’accord et en commun accord, il a envoyé une correspondance à nos partenaires pour affirmer son approbation.

Mais, à ma grande surprise, la lettre a disparu entre le Ministère  des Affaires Etrangères et l’Ambassade qu’il taira le nom . Puis il poursuit : « lorsque cette lettre est restée introuvable, je suis allé rendre compte de la situation au nouveau Ministre de la Défense étant donné que l’autre est parti. Et ce dernier m’a rédigé à nouveau un courrier dont je me suis  personnellement occupé en l’envoyant  par DHL. C’est après cela qu’un des Cadres du RPM est venu me voir en me demandant qui va avoir l’honneur de poser la première pierre de l’hôpital. En toute réponse, je lui ai fait savoir que moi et mes collaborateurs nous ne sommes pas intéressés d’une quelconque renommée. Tout ce que nous souhaitons, c’est  de diminuer la souffrance des Maliens ».

Mais force est de constater que le projet a été asphyxié à l’intérieur. Après concertation du Bureau RPM, la décision prise est la suivante : « Il vaut mieux faire barrage à la construction d’un hôpital ne fût un prestige pour le bien-être de la population malienne  que de prendre le risque qu’un ex-général recyclé en homme politique  puisse prendre de la célébrité et se faire en plus de l’argent ».

Aujourd’hui, c’est avec amertume que Moussa Sinko, le proche d’hier d’IBK parle de cette affaire qui selon lui, était encourageante et pouvait apporter gros pour le Mali.

 

Et à l’ancien Ministre de l’Intérieur de l’époque Moussa Sinko Coulibaly  de déplorer l’égoïsme et l’incompétence de cet Homme nommé IBK et son régime, qui, un jour  de l’année  2013, était son favori et de ce fait, lui témoignait des prévenances. « Qui vivra verra ».

Bathily Sadio

Source; LE COMBAT