Malijet.co

COFOP : Ces jeunes qui rêvent d’être des élus nationaux

Ils sont jeunes, militants de partis politiques ou organisations de la société civile au sein de la Convergence des forces patriotiques (Cofop) et souhaitent se faire compter dans l’hémicycle. Objectif : contribuer au développement local par leur participation au débat démocratique à l’Assemblée nationale. C’est du moins ce qui nous a été révélé par les intéressés.

Mamadou Traoré, président du Parti union (le plus jeune candidat en 2018), Oumou Chérif, secrétaire de la cellule de communication de cette même formation et Aliou Badara Dembélé, président du Mouvement politique Badeyaton, tous membre de la Convergence des forces patriotiquessont candidats aux législatives de mars et avril 2020.

Le président du Parti union, Mamadou Traoré, un entrepreneur social évoluant dans les actions de développement de la Commune rurale de Kalaban-Coro, avant de se lancer à la conquête d’un pouvoir politique à la présidentielle de 2018 tentera sa chance dans le cercle de Kati. Dans cette circonscription électorale, même si les adversaires ne sont pas à négliger, il compte avoir un électorat important dans certaines localités du cercle.

En effet, candidat à la présidentielle de 2018, Mamadou Traoré s’est fait une assise dans plusieurs zones stratégiques du cercle de Kati qui compte 38 communes. Selon le président du l’Union, la présidentielle lui a permis d’implanter sa formation politique dans les communes comme Moribabougou, N’gabacoro Droit, Sangarébougou, Baguinéda, Kati ville, Doubabougou, Safo, kolé, Dalakana, N’tjiba, Bossofala, Diago, Dio, Kabilan, Dombila, Sobra et kassela.

Malgré les alliances entre les grands partis comme celui du pouvoir et le principal parti d’opposition, le président de l’Union garde espoir, car il affirme être proche des populations. « Le Parti union est une formation qui dispose d’une assise politique dans notre commune. Notre candidature sera l’une des meilleurs surtout que la principale motivation est de défendre les aspirations du peuple qui m’accorderont leurs confiances », explique-t-il, lorsqu’on l’interroge sur les raisons de son engagement politique. Une mission qui lui a permis de faire une analyse critique sur le rôle, les insuffisances du fonctionnement de notre Assemblée nationale, ajoute-t-il.

Pour lui, il ne s’agit pas d’être candidat seulement, mais se faire compter parmi les sérieux prétendants.

Quant à Oumou Chérif, jeune leader en Commune IV du district de Bamako, elle est candidate sous les couleurs du Parti union. Elle tentera pour une nouvelle expérience sa chance dans les urnes. Même si la Commune IV fait l’objet de convoitise du parti au pouvoir, l’Adema et le parti Yelema, dont son président Moussa Mara a affiché une volonté d’être à la course, Oumou Chérif affirme avoir la chance d’être dans la classe de cette jeune génération politique qui dispose pour l’heure d’une crédibilité auprès de l’opinion.

Le premier responsable du Mouvement politique Badeyaton, Aliou Badara Dembélé préfère la Commune IV du district de Bamako.

À l’approche des élections législatives, M. Dembélé est sollicité par les populations de la Commune IV. L’héritier de l’iman Mahamod Dicko reçoit des encouragements des regroupements de la société civile pour participer parmi les acteurs politiques. En Commune IV, Aliou Badara Dembélé veut être député.

B. Guindo

Source: Journal le Pays-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Diplomatie parlementaire et religieuse : Le président du Conseil consultatif saoudien chez le ministre Thierno

AINEA IBRAHIM CAMARA, CANDIDAT AUX LEGISLATIONS : “Mes ambitions pour la Commune III”

Promotion de la jeunesse : IBK réaffirme sa disponibilité à accompagner le CNJ-Mali

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct