Sur les 15.000 hommes de la mission de l’ONU au Mali, on compte 850 soldats allemands déployés pour aider à stabiliser le pays. C’est la deuxième mission la plus importante en termes d’effectifs après l’Afghanistan.

 

C’est à Gao que la plupart des soldats allemands sont stationnés dans le camp de la Minusma, où se trouve également la base du contingent allemand au Camp Castor.

La contribution allemande à la mission de l’ONU au Mali se traduit aussi par un soutien financier au fonds fiduciaire en appui à la paix et à la stabilité au Mali.

Mahamat Saleh Annadif, le Représentant du secrétaire général des Nations unies au mali, , qualifiait d’ailleurs en mars dernier cet appui de “colonne vertébrale” de la mission.

Un armement adapté aux Etats du Sahel

Berlin considère à juste titre que la mission au Mali est la plus dangereuse. Au cours de sa courte visite auprès de ses troupes, la chancelière Angela Merkel devrait réaffirmer son engagement à les soutenir.

Hier mercredi (1er mai), au premier jour de sa tournée qui l’a conduite à Ouagadougou au Burkina Faso, Angela Merkel a plaidé pour un armement adapté des Etats du Sahel. “Nous devons être restrictifs, mais autoriser que vos soldats soient bien équipés” pour lutter contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest, a-t-elle expliqué aux chefs d’Etat du G5 Sahel en marge d’un mini-sommet sur les forces conjointes du G5 Sahel.

La chancelière allemande appelle par ailleurs la France et l’Italie à agir ensemble pour régler la guerre en Libye.

Apres Gao, Angela Merkel se rendra au Niger, dernière étape de sa visite au Sahel.

dw.com