Le ministère de l’Intégration africaine, en collaboration avec la commission de la Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), tient, du 21 au 22 janvier, des consultations nationales sur l’élaboration de la vision post 2020 de la CEDEAO.

 

Ces consultations, ont lieu avant l’expiration de la Vision 2020 et l’entrée en vigueur prochaine de la Vision post 2020 de l’organisation sous régionale qui recueille les avis, attentes, suggestions et  propositions de ses populations

Au Mali, le lancement des travaux de cette session de deux jours, a été présidé par le ministre de l’Intégration africaine, Me Baber Gano. Il avait à ses côtés les représentants du président de la Commission de la CEDEAO, Boly Hamidou et du maire de la Commune III, Issa Niambélé.

Au cours de l’atelier, qui doit se tenir dans les 15 pays membres de la CEDEAO, chaque bureau national doit s’assurer que le Plan de la vision post 2020 CEDEAO reflètera les besoins et aspirations des populations ouest-africaines. Spécifiquement, il s’agit d’encourager les citoyens à débattre de leurs perspectives au sujet des thématiques comme : les réalisations de la CEDEAO au cours de la mise en œuvre de la Vision 2020, les nouveaux défis de développement ainsi que les différentes aspirations à long terme de la région « Afrique de l’Ouest » dans les 50 années à venir.

En juin 2007, les Etats membres de la CEDEAO ont adopté une vision à long terme pour 2020. A travers cette vision, les 15 pays de l’organisation sous régionale ont convenu de la création d’une région sans frontière, pacifique, prospère et cohérente. Une région fondée sur une bonne gouvernance, où les gens peuvent avoir accès à ses énormes ressources, les exploiter en créant des possibilités de développement durable et de préservation de l’environnement.

Cette vision va, alors, s’articler au tour de cinq piliers principaux. Il s’agit de : l’exploitation des ressources régionales par le développement humain et son autonomisation, la paix et la sécurité qui visent à débarrasser la région de ses multiples conflits récurrents, la gouvernance en vue d’atteindre les objectifs de la vision 2020 et l’intégration économique et monétaire caractérisée par un marché régional intégré et unique, soutenu par une monnaie commune et le développement du secteur privé.

D’après le ministre de l’Intégration africaine, la Vision 2020 et le Cadre stratégique 2020 expirent fin décembre 2020. C’est dans cette perspective qu’en décembre 2018, le Conseil des ministres de la CEDEAO a adopté la feuille de route d’évaluation de la Vision 2020. C’était lors de la  90èsession ordinaire de l’organisation régionale, tenue à Abuja (Nigeria). Cette feuille de route prévoyait l’organisation de consultations nationales dans tous les pays membres.

« Cela, en vue de recueillir leurs attentes et recommandations pour la réalisation des objectifs de la Vison post 2020 », a affirmé le ministre Me Baber Gano, ajoutant que ces rencontres doivent être inclusives et partitives. Après ces premières évaluations, une seconde évaluation sera, également, organisée en mars prochain.

Le ministre de l’Intégration africaine a rappelé que le Mali a toujours été un acteur de premier plan en matière d’intégration africaine. A ce titre il a, entre autres, cité la création d’un ministère dédié à l’intégration africaine et la place que réserve notre hymne national à l’Unité africaine.

De son côté, Boly Hamidou a  rappelé  les réalisations de la Commission de la CEDEAO dans les domaines de la santé, des infrastructures routières, de l’éducation et de la sécurité. Boly Hamidou a relevé que la nouvelle décennie qui commence, l’union monétaire et la sécurité seront les sujets majeurs que portera la CEDEAO.

ABM/MD

(AMAP)