L’arrestation des maires continue de plus belle. Après celle du
maire de Baguinéda, le maire de Mountougoula vient de faire les
frais de ses présumées combines au sein de sa mairie. Il a été
arrêté et déféré à la prison centrale de Bamako la semaine dernière.
On lui reproche sa mauvaise gestion des affaires de la cité.
Daouda Diarra, puisqu’il s’agit de lui, se serait rendu coupable des
malversations foncières et financières dans sa commune aux mépris des
intérêts des populations locales.

Selon certaines victimes du maire de Mountougoula, cette arrestation est
la preuve que la machine infernale de la lutte contre les détournements
de deniers publics est en marche. Elles pensent que la justice ne doit
pas s’arrêter en si bon de chemin dans l’incarcération des sangsues de
la nation qui se croyaient au dessus de la loi. C’est pour cette raison
qu’elles interpellent la justice à s’intéresser au cas de Bakoro Kané,
deuxième adjoint du maire de Mountougoula, Sidy Yaya Doumbia,
troisième adjoint, le conseiller Seydou Sinayoko et les bénévoles Kalilou
Samaké et Madou Doumbia de ladite mairie. Ils se seraient tous
impliqués dans le vol des biens publics, dit-on.

Visiblement, nous ne sommes plus à l’ère Alpha Oumar Konaré qui a
osé dire à l’entame de son second mandant qu’il ne veut plus voir les
maires spolier les terres ! Ce que le Mali doit faire c’est d’appeler tous
les maires s’étant servis de la démocratie à expliquer leur gestion depuis
l’ère Konaré. Cela est un impératif catégorique quand on sait que nul n’a
reçu de Dieu la latitude de s’approprier les biens de tout un peuple. Il y
va de la crédibilité de la lutte contre la délinquance financière et la
corruption qui gangrènent dangereusement notre société.
Fodé KEITA

Source: L’Inter de Bamako