L’audit financier et les réformes engagées par la nouvelle directrice générale de la Caisse malienne de sécurité sociale (CMSS), Mme Dicko Diaminatou Sangaré, va immanquablement dévoiler des pratiques malsaines. C’est pourquoi, de nombreux cadres de la Caisse ne dorment plus que d’un œil malgré les avantages qui peuvent être tirés de ces deux décisions au profit de tous.

Dans le but d’améliorer les conditions des travailleurs et des pensionnés, d’assainir les finances de la Caisse, la nouvelle directrice générale de la Caisse malienne de sécurité sociale (Cmss), Mme Dicko Diaminatou Sangaré, a pris deux grandes décisions : l’audit interne et des réformes organisationnelles. Si les réformes sont applaudies des deux mains, l’audit commence déjà à faire des remous.

Ces réformes sont bien accueillies par des pensionnés et la grande majorité des travailleurs de la Caisse. La nouvelle DG a octroyé une prime aux travailleurs qui, tout heureux, l’ont baptisée « Prime Diami ». Elle a mis à la disposition des coursiers de la Direction générale un véhicule de liaison pour raison de sécurité. Elle a renforcé les capacités des agents par une série de formations, etc.

Ce n’est pas tout, il faut citer la proposition au Conseil d’Administration de l’élargissement de la prime d’intéressement aux autres catégories de travailleurs, la légalisation de la dotation en carburant qui était octroyée sans aucune base juridique, l’amélioration de la dotation en carburant de tout le personnel sans exception, l’appui au comité syndical pour mieux défendre les intérêts des travailleurs, l’accompagnement des femmes dans la création de l’Amicale des femmes  de la Cmss, la dotation du service de communication en moyens renforcés.

S’y ajoutent le paiement régulier des prestations (pensions, Amo) et surtout le paiement par Orange Money des pensions inférieures à 50 000 Fcfa, initiative d’ailleurs saluée par toutes les corporations de retraités et le Département…

Plus de 37 comptes bancaires cachés

L’assainissement de la gestion financière et comptable a été une des principales réformes entreprises par la Directrice. C’est surtout qu’elle est de nos jours confrontée à une farouche résistance. Malgré tout, elle est restée droite dans ses bottes et a commandité une mission d’audit.

Déjà les conclusions de cette mission se passent de tout commentaire. Tenez-vous bien ! « Seulement 13 comptes ont été déclarés à la directrice lors de la passation de service. L’audit a révélé l’existence de 37 autres comptes, tous au nom de la Cmss. Ce n’est pas tout, certains de ces comptes sont alimentés avec des sommes très importantes. Dès lors que le pot aux roses fut découvert, certains ne dorment plus que d’un seul œil. D’où cet acharnement », a révélé notre source. « Et c’est suite à cette décision qu’une campagne de désinformation et de dénigrement est de nos jours orchestrée contre elle par des détracteurs qui ont d’autres prétentions cachées car ne sachant pas quelle suite sera donnée à cette affaire », ajoute la même source.

Forte du soutien des travailleurs, des pensionnés, des plus hautes autorités, la directrice générale, Diaminatou Sangaré, qui a pris fonction en juillet 2019, n’entend pas rester en si bon chemin, d’autant plus qu’elle a pris l’engagement désormais, devant le Conseil d’administration, d’atteindre les résultats escomptés dans une période bien précise, tout en mettant en jeu son fauteuil de directrice. Chose rare pour un responsable de service.

En tout cas, comme le dirait l’autre, toutes réformes qui ne suscitent pas des remous sont vouées à l’échec.      

Kassoum  THERA

  Source: Journal Aujourd’hui Mali