Contre la corruption et la délinquance financière, la plateforme ‘’Blonba’’ de Kayes s’applique davantage. À travers une déclaration que nous avons reçue, les membres de la plateforme se sont, via leur porte-parole Adama Fakaba Sissoko, exprimés. Si le président du Conseil régional, Bandjougou Diawara, et ses complices ont été arrêtés grâce aux enquêtes et dénonciations de cette plateforme, les militants escomptent alors aller au-delà de cette lutte. Sans ambages, ils révèlent avoir dans le viseur d’autres structures.

 

Dans une déclaration que nous avons reçue, le porte-parole de la plateforme ‘’Blonba’’ de Kayes, Adama Fakaba Sissoko, président de la Coordination régionale du mouvement ‘’Devoir de citoyen’’ (mode citoyen), s’est exprimé sur l’arrestation de Bandjougou Diawara et ses complices. Suivant le porte-parole, nul ne doute que le montant de 1.428.775.000 CFA a été volatilisé au sein du Conseil régional de la cité des rails.

Aujourd’hui, lit-on dans la présente déclaration, les membres de la plateforme se réjouissent de cette arrestation et expriment toute leur gratitude à l’endroit de la justice pour le travail effectué contre « les vautours, les vampires, et les délinquants financiers de toute nature ». Ces « vautours » freinent, selon la plateforme, le développement économique, mais piétinent aussi la confiance existante entre la population et les services publics.

Selon les propos du porte-parole Sissoko, la plateforme a commencé ses dénonciations suivies des investigations relatives au détournement au Conseil régional depuis les mois d’avril et mai dernier. Suite auxquels actes, ajoute Adama l’affaire a été prise au sérieux par la justice qui a ainsi arrêté douze personnes impliquées dans l’affaire. « La plateforme avait donné l’alerte concernant les cas de détournement et de malversation financière orchestrée par le Conseil régional de Kayes.

En mai dernier, nous avons été reçus par Bandjougou après une marche au cours de laquelle nous avons demandé le départ pur et simple de lui et son équipe », rappelle Adama Fakaba Sissoko. D’après lui, des menaces, des intimidations, voire des propositions juteuses ont été faites pour pouvoir fourvoyer les membres de la plateforme de leur combat de dénonciation et de lutte contre la corruption et la délinquance financière à Kayes.

Malgré tout, « nous sommes restés déterminés, cohérents et solides jusqu’à l’aboutissement du dossier du Conseil ». À ses dires, juste après cette affaire de Conseil, il y aura forcément d’autres affaires encore plus substantielles. Pour être précis, le porte-parole cite certains services qui doivent dès l’instant, se tenir prêts. « Nous disposons déjà de plusieurs dossiers de détournement et de malversation financière de ce genre à Kayes.

Les prochains jours, nous allons également dénoncer toutes ces mafias financières. » Sûr de lui, Adama Fakaba ajoute : « Ces services concernés sont entre autres, le conseil de cercle de Kayes ; la direction de l’EDM ; l’INPS ; la mairie de Kayes et de Keniéba ; les magouilles de l’AMO, voire des hôpitaux ». Tant que nous avons des preuves irréfragables à l’encontre des personnes que nous dénonçons, nous exigeons comme a été le cas de Bandjougou Diawara, leur arrestation, conclut le porte-parole de la plateforme.

Mamadou Diarra

Source : Le Pays