Cour constitutionnelle: Manassa passe la main

Après l’élection d’un nouveau Président de la Cour constitutionnelle en la personne de Amadou Ousmane TOURE et la transmission de témoin, hier, entre la Présidente sortante et son successeur, c’est une nouvelle page qui s’inscrit au niveau de cette haute juridiction qui est juge de la constitutionnalité des lois et elle garantit les droits fondamentaux de la personne humaine et les libertés publiques. Organe régulateur du fonctionnement des institutions et de l’activité des pouvoirs publics, elle statue obligatoirement sur la constitutionnalité des lois organiques et des lois avant leur promulgation; les règlements intérieurs de l’Assemblée nationale, du Haut Conseil des Collectivités et du Conseil économique, social et culturel avant leur mise en application quant à leur conformité à la Constitution; les conflits d’attribution entre les institutions de l’Etat; la régularité des élections présidentielles, législatives et des opérations de référendum dont elle proclame les résultats…

Première mission de la plus haute importance, dans le cadre de la stabilisation du pays, la révision de l’Arrêt N°2020-04/CC-EL du 30 avril 2020 portant proclamation des résultats du deuxième tour de l’élection des députés à l’Assemblée nationale, en l’occurrence pour ce qui est des 31 députés dont l’élection est contestée, y compris le Président de l’Assemblée nationale.
En attendant de s’attaquer à ce gros morceau des députés ‘’mal élus’’, l’on rapporte que c’est dans une ambiance chaleureuse que s’est déroulée la passation de service entre Manassa DANIOKO et Amadou Ousmane TOURE.
En prenant les commandes de l’auguste Cour ce mercredi 12 août 2020, Amadou Ousmane, élu à l’unanimité par les autres Conseillers, le dimanche 9 août 2020, devient le 5e Président de la cinquième législature de l’Institution. Outre Mme Manassa DANIOKO (mandature 2015-2022), trois autres présidents ont officié à la tête de l’Institution avant Amadou Ousmane TOURE. Ce sont : Amadi Tamba CAMARA (mandature 2008-2015), Abdrahmane Baba TOURE (mandature 2001-2008) et Abdoulaye DICKO (mandature 1994-2001).
Le nouveau Président de la Cour constitutionnelle qui a prêté serment ce 10 août devant l’Assemblée nationale est loin d’être un inconnu sur la scène politique malienne. Jusqu’à son élection dimanche, Amadou Ousmane TOURE occupait le poste de Directeur de Cabinet du Premier ministre, Boubou CISSE, avec rang de ministre. Il a également été ambassadeur du Mali en Côte-d’Ivoire de 2008 à 2011.
Mais c’est surtout son rôle en tant que Vérificateur général, de 2011 à 2018, qui a fait de lui une personnalité de premier plan, en le plaçant au cœur de l’un des sujets les plus épineux, et qui concentre les attentes de ses concitoyens : la lutte contre la corruption.
En considérant la bonne grâce avec laquelle Manassa a passé la main, l’on peut déduire que le recours gracieux en annulation du décret d’abrogation de la nomination de Manassa DANIOKO, Baya BERTHE, et Bamassa SISSOKO, révèle d’un mauvais souvenir.

PAR BERTIN DAKOUO

Source : INFO-MATIN

Vous allez aimer lire ces articles

Des parlementaires francophones demandent la libération de l’opposant malien Soumaïla Cissé

Mali: Goodluck Jonathan rencontre le chef de la junte et le président de la transition

Mali: le président de transition désigné fait sa première apparition publique

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct