CRÉATION D’UN ORGANE UNIQUE DE GESTION DES ELECTIONS LE M5-RFP INSISTE, PERSISTE ET SIGNE MAIS ATTENTION AU REVERS DE LA MÉDAILLE

On se souvient que lors de son ‘’Grand Oral’’, le lundi 22 février 2021, devant les membres du Conseil National de Transition (CNT), le Premier ministre Moctar Ouane avait annoncé que l’Organe Unique et Indépendant de Gestion des Élections ne pourrait pas être mis en place à cause des contraintes liées au temps imparti à la transition.

 

Cependant au cours de cet exercice démocratique devant les conseillers censés représenter le peuple, le Premier ministre Ouane avait reconnu sans ambages que la Charte et la feuille de route assignées à la Transition doivent jeter les bases des réformes, y compris la création de l’Organe Unique et Indépendant de Gestion des Elections.

A cet effet il avait déclaré que « La transition est confrontée à des contraintes majeures et ne dispose pas de temps nécessaire pour rendre fonctionnel l’organe de gestion des élections afin de prendre en charge tout le processus électoral dans le respect strict de la durée de la transition ».

Mais là où le bât blesse, est que cette décision de surseoir à la création de cet organe a été prise de façon unilatérale par le gouvernement de transition, sans s’en référer aux avis des autres. Alors que la recommandation de l’instauration de l’organe en question émanait du peuple souverain du Mali. Raison pour laquelle, nombreux ont été les acteurs politiques et autres leaders d’opinion qui ont vu en cette attitude du gouvernement de transition, un véritable camouflet infligé à la classe politique, à la société civile et à tous les partenaires techniques qui appuient le processus électoral au Mali.

C’est ainsi que, dans son rôle de mouvement avant-gardiste, le M5-RFP s‘est fendu d’un communiqué, le 24 février 2021, et dans lequel il exige la création des conditions pour la tenue d’élections libres, transparentes et crédibles par un organe électoral unique et indépendant.

Pour justifier cette exigence, le communiqué du M5-RFP mentionne « pour éviter la prise en otage du processus électoral par la junte militaire qui a déjà corrompu et qui a déjà confisqué la victoire du Peuple à travers sa gestion de la Transition, et épargner aux Maliens une crise postélectorale aux conséquences incalculables ».

En outre, le communiqué évoque que dès le samedi 06 mars 2021, le Comité stratégique du M5-RFP tiendra une Assemblée Générale avec les responsables et dirigeants de toutes les entités qui lui sont affiliées, à la Maison des Aînés à Bamako, pour mutualiser les initiatives de stratégies et d’actions pour la « rectification » de la Transition en cours, conformément aux exigences et impératifs du changement attendu par le Peuple malien.

El Hadj Mamadou GABA

Source : Le Soir De Bamako

Vous allez aimer lire ces articles

La CMA « exige la diligence d’une enquête indépendante et transparente » sur l’assassinat de son président

Assassinat d’Ould Sidatt : un coup dur pour le processus de paix au Mali

Mali : le Premier ministre condamne l’assassinat du leader de la CMA

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct