Dans un communiqué publié le 25 février 2020, la plateforme Anw ko Mali dron a exprimé ses inquiétudes sur la crise scolaire que connait le Mali. Elle a invité le gouvernement à accorder à cette crise, le caractère d’urgence nationale.

La situation de l’école malienne se complique chaque jour. Entre les enseignants et les gouvernants, la tension monte. Quant à l’avenir des enfants, il devient, chaque minute, incertain. Face à cette situation, la plateforme dirigée par Mme Sy Kadiatou Sow est sortie de son silence et a interpellé toutes les deux parties : les enseignants et le gouvernement.

« La plateforme Anw ko Mali dron est vivement préoccupée par la persistance de la crise scolaire. Elle constate avec regret que les nombreuses médiations et tentations de conciliation entre le gouvernement et les enseignants n’ont pas abouti à un accord espéré par tous les Maliens qui ont le souci du devenir de leurs enfants et de leur pays », a-t-elle déploré. Selon cette plateforme, la crispation des deux parties rend la sauvegarde de cette année scolaire incertaine.

Pour Mme Sy Kadiatou Sow et ses collègues, « la trêve sociale ne se décrète pas. Elle se négocie avec les forces sociales sur la base d’une confiance partagée ». La plateforme a donc invité le gouvernement du Mali à accorder à la crise scolaire, « le caractère d’urgence nationale ». « À défaut d’un aboutissement heureux des négociations, elle engage les autorités nationales à honorer leurs engagements en mettant les enseignants dans leurs droits », lit-on dans le communiqué signé par la présidente de l’Adema association.

Quant aux enseignants, la plateforme Anw ko Mali dron les exhorte, au-delà des revendications légitimes, à s’investir résolument dans la recherche de solutions durables à la crise de l’école malienne.

Boureima Guindo

Source: Journal le Pays- Mali