DIALOGUE SOCIAL : Ginna Dogon, Tabital Pulaaku et Ir Ganda chez Bah N’Daw

Dans le cadre du dialogue social avec les forces vives de la Nation, le président de la transition, Bah N’Daw, a rencontré le mercredi 28 octobre 2020, des représentants des associations Ginna Dogon, Tabital Pulaaku et Ir Ganda.

 

La délégation des trois associations était composée, entre autres, de Younouss Hamèye Dicko, 1er vice-président d’Ir Ganda, de Baba Kassogué, secrétaire aux conflits de Ginna Dogon, d’Abou Sow et de Mohamed Chérif Haïdara (président du Conseil supérieur de la diaspora malienne), tous les deux membres du Conseil national de Tabital Pulaaku.

L’objectif de cette rencontre était d’exprimer la disponibilité des trois associations à travailler au quotidien aux côtés de l’Etat dans le sens de la stabilisation du pays. A cet effet, elles ont remis au président de la transition un mémorandum élaboré par les trois associations contenant les différentes recommandations formulées par rapport aux préoccupations des populations et des terroirs. Les échanges ont également porté sur la précarité de la situation des déplacés à Bamako et à l’intérieur du pays.

Le porte-parole des trois associations et non moins président de Tabital Pulaaku, Abou Sow, a félicité Bah N’Daw pour sa nomination à la tête de la transition avant d’affirmer leur engagement en faveur de la stabilité de notre pays.

« La stabilité du Mali passe par la paix, la concorde et la restauration du vivre ensemble. C’est pour cette raison que ces trois associations ont décidé de venir ensemble. Elles auraient pu venir individuellement. Mais, parce qu’elles sont porteuses du même message avec le même contenu : celui de paix et d’amour pour tous les Maliens, les uns envers les autres. C’est ce que nous sommes venus dire au président tout en sollicitant l’appui de l’Etat pour permettre à ces associations, très sollicitées par les services publics et les populations, de conduire leurs missions sur le terrain », a-t-il déclaré.

Le président de la transition, Bah N’Daw, s’est réjoui de la décision des trois associations de s’unir et de mutualiser leurs efforts afin de contribuer à la construction du pays. Il faut saluer, dira-t-il, « l’esprit fraternel et citoyen qui a permis la constitution de cette délégation à travers son approche d’une démarche conjointe, chose importante dans ce contexte de fragmentation, où nous avons besoin d’unir tous les fils et toutes les filles du Mali ».

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous allez aimer lire ces articles

Gestion de la transition au Mali : Les membres du Conseil National de la Transition enfin connus : * La session inaugurale s’ouvre ce samedi

Moctar Ouane, 1er ministre du Mali: dialogue avec les jihadistes «en cours» en «prolongement de l’action militaire»

Quête de légitimité personnelle : Ce qui reste du Mali

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct