Malijet.co

Elections législatives : 16 milliards pour assurer le scrutin

Le Secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Adama Cissouma, a confirmé, dimanche dernier, à la télévision nationale que le budget des élections législatives s’élève à 16milliards de FCFA. Il faut y intégrer celui de la Délégation générale aux élections (DGE). Concernant les préparatifs, il a déclaré que le matériel électoral est disponible dans l’ensemble du territoire national.

Evidemment, ces élections se feront sur la base de la loi électorale en vigueur. Ibrahim Ikassa Maïga, représentant le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie, a exprimé son souhait de voir certains articles de la loi électorale relus, en fonction de la situation que traverse le pays. Pour lui, un dialogue pouvait s’instaurer à cet effet. Il a aussi, déploré le fait que des candidats de leur plateforme ne puissents se rendre dans leurs localités, à cause de l’insécurité. Même le représentant de « l’Ensemble pour le Mali » a exprimé des réserves sur la sécurité de ces élections. Toutefois, Ibrahim Lancéni Coulibaly s’est réjoui des assurances du représentant  de l’administration territoriale et de la décision de sécuriser chaque candidat. Le représentant de l’administration et celui de l’EPM ont fait prévaloir les résolutions du Dialogue national inclusif pour justifier la décision d’organiser les élections législatives, le 29 mars, pour en finir avec les reports. Adama Cissouma a précisé qu’il y a eu des rencontres avec toute la classe politique, dans le cadre de concertation entre l’administration et les partis politiques. C’est dans ce cadre que le ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation a dévoilé, lundi 27 janvier, le chronogramme détaillé des élections législatives. Ibrahim Lancéni Coulibaly a félicité Adama Cissouma pour la décision prise par le gouvernement de donner à chaque candidat des documents relatifs au processus électoral. C ‘était l’occasion pour la société civile, représentée par le constitutionnaliste Mahamadou Samaké, d’attirer l’attention sur les alliances contre natures et des entorses à la loi. Les hommes politiques se sont bien défendus, à savoir que ce sont des élections de proximité et la loi ne les empêche pas de nouer des alliances, selon la réalité du terrain. En fait, des alliances RPM-URD sont signalées dans certaines localités, telles que Koulikoro. Des « transhumances » politiques, poussant certaines personnalités à migrer vers des listes électorales plus favorables, sont observées. Le fichier électoral sera bientôt prêt et il sera audité, a soutenu Adama Cissouma.
B.D.

Source: Canard Déchainé

 

Vous allez aimer lire ces articles

IBK champion de l’UA pour les Arts, la culture et le patrimoine

BOUBACAR ALPHA BA A PROPOS DES LEGISTATIVES : « Les sommes débloquées pour les élections législatives sont entièrement assurées par l’Etat malien»

Mali-France : Des élus français rendent hommage aux héros

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct