ELI DIARRA, ANCIEN MAIRE ET DEPUTE URD DE KOULIKORO : « Il faut 175 personnes signataires d’une pétition pour convoquer un congrès extraordinaire. Aujourd’hui, on est à 180 signataires… »

Le décès tragique du président fondateur et candidat eternel de l’Union pour la démocratie et la République(Urd), Soumaïla Cissé, a chamboulé tout au sein de l’Union pour la République et la Démocratie (URD). Le parti traverse l’un des moments les plus difficiles de son existence, qui menace même sa survie. Cette situation ne laisse aucun membre influent du parti indifférent. L’ancien maire et député de Koulikoro, Eli Diarra, qui a rehaussé l’image du parti URD dans sa localité et environnant, ne fait pas exception à la règle. Et selon lui, il est vraiment indispensable de tenir un congrès extraordinaire afin de restructurer le parti de la poignée de mains.   

Confronté à une guerre de tranchée pour le contrôle de l’instance dirigeante du parti, l’Urd traverse l’un des moments les plus difficiles de son existence. Pour preuve, la 10ème conférence du parti tenue au mois d’octobre dernier a étalé à suffisance au grand jour la grande déchirure de la famille Urd. C’est pourquoi pour sauver le parti d’un effritement qui semble certain, le Collectif pour la sauvegarde du parti (CPS-URD) a été porté sur les fonts baptismaux. Ce collectif a entamé une tournée de sensibilisation dans toutes les sections à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, afin de sensibiliser pour les militants pour la tenue d’un congrès extraordinaire pour sauver le parti.

Le Collectif était à Koulikoro cette semaine. « On a reçu le collectif de sauvegarde de l’URD.  Ils nous ont donné des explications par rapport au congrès extraordinaire de l’URD. Au nom de la section de Koulikoro, on est pour la tenue de ce congrès. Nous voulons la restructuration de l’URD. Nous avons créé ensemble ce parti, dans le respect de ses textes. Nous voulons que ses textes soient respectés de tous », a laissé entendre Eli DiarraAvant de poursuivre : «Depuis le décès de Soumaïla Cissé, c’est  le vice-président qui prend toutes les décisions au nom du parti. Cela est anormal. Il faut qu’on aille vers la démocratie. Chacun peut se présenter librement pour être président. Les avis divergent. Ceux qui sont pour ont raison et ceux qui sont contre également ont raison. C’est cela la démocratie ».

Et l’honorable d’expliquer : « J’ai signé la pétition puisque je trouve indispensable qu’il faut une restructuration de notre grand parti. Et selon les textes du parti, si 175 personnes sont signataires d’une pétition, le parti peut convoquer un congrès extraordinaire.  Aujourd’hui, on est 180 signataires…».

A l’en croire, c’est dans cette optique que le collectif de sauvegarde de l’URD a entrepris des démarches afin d’expliquer la situation aux militants avant le congrès. « Depuis le décès Soumaïla Cissé, le parti n’a entrepris aucune mission à l’intérieur du pays. C’est le statuquo… On ne peut pas rester ainsi », a regretté l’honorable Diarra. Avant de conclure : « Pour les futures échéances et surtout pour être président de la République, il faut au préalable un travail de fond. Le nom de l’URD n’est plus associé à quoi que ce soit aujourd’hui au Mali. Cela ne peut pas continuer ».

Agoumour

Source: Le Démocrate- Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Fin de la visite de la Vice-Présidente du Benin

Le Colonel Abdoulaye MAIGA, MATD: ‘‘notre souci n’est pas d’avoir des représentants de l’État qui font peur à la population’’

Enquête d’opinion mali-mètre: la Transition dans la grâce de Assimi

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct