On sait que le procès des membres de la junte ex-CNDRE commencé, le 27 novembre 2017, à Sikasso a été interrompu pour des raisons de procédures soulevées par les avocats de la défense n’aura plus lieu. La raison est toute simple: l’un de leurs accusés pour complicité est nommé, depuis le six mai (06) ministre de la Défense et des Anciens combattants, le général de division Ibrahim Dahirou Dembélé. Il ne reste plus qu’à libérer le général Amadou Haya Sanogo et ses compagnons.

L’Inter de Bamako