Malijet.co

Gabon : L’élection présidentielle sous forte tension

Après de longs mois de travail dans l’enceinte de l’ambassade du Mali, les jeunes en charge de la commission électorale ont été  violentés à la fin du travail par les policiers gabonais sous l’ordre de la nouvelle ambassadrice du Mali, Ami Kane. À cette dernière, ils réclament leur droit à savoir le payement de la somme de 300 000FCFA.

La nouvelle ambassadrice du Mali au Gabon, Ami Kane, n’a payé que 30 000FCFA par  personne sous le prétexte que le budget envoyé par le pays n’est que 750 000 F CFA. Elle a fait savoir un rajout 20 000 FCFA, ce qui a arrondi la somme à 30000 F CFA.

Les jeunes n’étant pas d’accord avec ladite  somme, ont manifesté leur mécontentement, ce qui n’était du goût de l’ex gouverneur du District, Ami Kane.

Sitôt, elle a donné l’ordre aux policiers de tabasser les innocents travailleurs qui ne réclament que leur dû. Dans la foulée, on dénombre plusieurs ressortissants maliens blessés.

Informé, le président du Haut conseil des Maliens de l’extérieur (HCME), Habib Sylla et le CJRG ont  appris la nouvelle de la répression des mécontents et décident de porter assistance aux victimes. Les deux ont réconforté les manifestants avec la somme de 79 000 F chacun sur les 300 000 FCFA.

Par ailleurs, l’ambassadrice a refusé de recevoir les jeunes à plus forte raison de leur remettre dans leur droit, sans oublier les objets volés par les policiers.

La nouvelle ambassadrice, Sacko Ami Kane, comme à son habitude a utilisé les moyens illégaux pour bafouiller le droit des Maliennes et des Maliens.

F. Fofana, stagiaire

Source: L’Indicateur du Renouveau

Vous allez aimer lire ces articles

Scrutin du 12 Août prochain : Tous derrière Soumaila Cissé !

Second tour de la présidentielle : Les faiseurs de roi optent pour la neutralité

Election présidentielle : Mise au point entre le gouvernement et l’UE

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct