En 2019, la grande majorité des Maliens sont insatisfaits de la gestion du président de la République. Ce que révélé l’enquête d’opinion politique du bureau Friendrich-Ebert-Striftung Mali. Le document a été rendu public le  jeudi dernier à Bamako.

Le bureau Friedrich-Ebert-Striftung Mali a publié le jeudi son enquête d’opinion politique, Mali mètre.

Il se voulait dans cette 11e édition de l’enquête, d’atteindre trois objets : combler le déficit de sondage d’opinion au Mali, interpeller les acteurs sociopolitiques par rapport aux préoccupations des populations sur différents sujets et de mettre à la disposition des chercheurs, acteurs de développement et de décideurs publics des données scientifique viables pour leur analyse et action….

Cette édition s’est déroulée du 12 au 26 novembre 2019 dans l’ensemble des capitales régionales du Mali et dans le district de Bamako. Elle a bénéficié du visa de l’Institut national de la statistique du Mali (Instat)

La stabilisation et la sécurisation du pays, la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Ager, la réconciliation ou encore la justice et la bonne gouvernance, le dialogue national inclusif ; l’instrument d’analyse socio-politique interroge la population sur ces toutes questions d’actualité.

En tout, ce sont 2 186 personnes âgées de 18 ans et plus qui se sont exprimés dans cette édition. Ce nombre inclut aussi les populations de Kidal, Ménaka et Taoudéni

Sur l’évolution de la situation générale dans le pays, deux tiers de la population malienne soit 65,9 % des populations sondées s’inquiètent de la situation générale du Mali qui, selon eux s’est “détériorée” durant ces 12 derniers. Par contre 9,6 % de la population pensent qu’elle est améliorée et environ 24,3 % estiment que la situation est restée la même.

Par rapport au Mali mètre 10, selon le bureau Friedrich Ebert striftung Mali, il y a une augmentation de 23 points de la part de la population qui estime qu’elle s’est dégradée et une diminution, note-t-il de 20 points de celle qui pensent que la situation s’est améliorée.

18 points de régression.

Par rapport à l’enquête précédente, la proportion des populations non satisfaites des actions du président de la République a augmenté de 17 points et des satisfaits a connu régression de 18 points. En effet, selon les résultats de Mali mètre, 62 % des enquêtés sont insatisfaits des actions du président de la République. Seuls 37 % se disent satisfaits, souligne l’analyse. Pour qui, pour le nombre de citoyens non satisfaits, des actions du président IBK augmentent avec le niveau d’instruction. Par ailleurs, la proportion de la population satisfaite des actions du président de la République est enregistrée à Taoudéni et à Sikasso.

Concernant de l’accord pour la paix et la réconciliation, la majorité des Maliens qui représentent 57,2 % soutiennent la modification contre 8 % qui pensent le contraire. Les 35 % restants sont sans opinion.

Pour la sécurisation de la région, ils sont 85,8 % des enquêtés qui se disent confiants aux FaMas.

Par contre 78 % des citoyens estiment dans le document être non satisfaits de la Minusma et plus de 70 % de la population se disent aussi insatisfaits du travail de la force Barkane pour lutter contre le terrorisme.

Comme arguments donnés, ils reprochent à ces forces “ne pas protéger les populations contre la violence des groupes armés et de terroristes, d’être complices des groupes armés et de se protéger elles-mêmes”. Des reproches quasiment les mêmes, souligne l’enquête que le numéro prédécèdent.

Dans le document présenté à la presse, le représentant résident du bureau Friedrich-Ebert-Stiftung, Christian Klatt a souligné que cette année encore, les tendances des dernières enquêtes se confirment. Selon lui la sécurité, le chômage et la pauvreté continuent d’être perçus par les répondants commune les défis actuels majeurs “de nombreux répondants sont plus pessimistes sur les années à venir qu’ils ne l’étaient lors de la dernière de la dernière”.

En effet, la lutte contre l’insécurité (50,2 %) le chômage des jeunes (49,5 %) la pauvreté (45,9) et la gestion du problème du Nord (41,9 %) se classent en tête de la liste des défis majeurs évoqués par les habitants dans l’enquête d’opinion politique.

Des domaines estiment-ils qui doivent être dans les priorités du président Ibrahim Boubacar Keita et du gouvernement au cours des six prochains mois.

Kadiatou Mouyi Doumbia

Source: Mali Tribune