Malijet.co

Honorable Soumaïla Cissé : « Aucune solution » malgré « les autorités intérimaires, la Conférence d’Entente nationale, la charte pour la réconciliation et le Dialogue national inclusif »

Face à la presse le lundi 27 janvier 2020, le président de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), a regretté la vanité des « autorités intérimaires, la Conférence d’Entente nationale, la charte pour la réconciliation et le Dialogue national inclusif », qui, Soumaïla Cissé, n’apportent aucune solution à la crise.

 

Le chef de file de l’opposition malienne n’est pas allé par le dos de la cuillère, quant aux différentes initiatives du pouvoir de Bamako pour une sortie définitive de la crise qui secoue le pays depuis 2012, à la suite du coup d’Etat irresponsable  de capitaine-Général Amadou Aya Sanogo et sa bande.

Lors de sa présentation de vœux de nouvel an à la presse le lundi 27 janvier 20200, le président du FSD a fait comprendre que  malgré ‘’qu’en 2015 l’installation des autorités intérimaires dans les régions du nord a été brandie comme étant la réponse à l’insécurité et la voie à la réconciliation »,  « rien n’y fit ».

« L’organisation de la Conférence d’Entente nationale et la charte pour la réconciliation qui en est issue, pompeusement présentées comme pouvant ramener la paix », sont, « hélas sans succès ».

Aussi « la loi d’entente nationale considérée comme déclencheur de la paix et de la réconciliation », elle a été une « peine perdue… »

Quant au Dialogue national inclusif ‘’présenté aux Maliens comme ultime solution aux maux du pays’’, il ‘’a vécu sans qu’aucun problème du pays ne connaisse à présent un début de solution ».

« Au contraire, estime l’honorable Cissé, les tragédies continuent, les grèves se multiplient, l’éducation de nos enfants est plus que compromise par l’incapacité notoire du gouvernement à respecter ses propres engagements vis à vis des syndicats d’enseignants.  L’insécurité et d’autres types de banditismes couvrent la quasi-totalité du pays, la ménagère n’a plus de panier tellement il est troué, les opérateurs économiques courent désespérément pour être payés, la dette intérieure enfle chaque jour un peu plus, les entreprises ferment boutique petit à petit, le tout sous le regard médusé d’un régime incompétent qui visiblement n’a aucune solution pour redresser le Mali.»

Issa TANGARA

Icimali

Vous allez aimer lire ces articles

Diplomatie parlementaire et religieuse : Le président du Conseil consultatif saoudien chez le ministre Thierno

AINEA IBRAHIM CAMARA, CANDIDAT AUX LEGISLATIONS : “Mes ambitions pour la Commune III”

Promotion de la jeunesse : IBK réaffirme sa disponibilité à accompagner le CNJ-Mali

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct