Malijet.co

IBK à la Tribune de l’ONU : « Les motivations des groupes terroristes n’ont que peu à voir avec la religion »

-«20 millions de dollars américains ont été déjà utilisés pour financer les dépenses prioritaires urgentes…»  « Les motivations des groupes terroristes n’ont que peu à voir avec la religion »

A la Tribune de la 74ième Assemblée Générale des Nations Unies à New York, le mercredi 25 septembre 2019, le Président Ibrahim Boubacar Keïta, tout en demeurant particulièrement attaché à l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger, a fait remarquer des avancées notables dans sa mise en œuvre et  les actions de développement dans les pays membres du G5-Sahel et la situation dans le centre du Mali.

Le numéro Un malien a tout d’abord salué l’appui de la communauté internationale au Mali dans son combat contre les narcoterroristes, depuis 2012.

« C’est là que nous devons percevoir les acquis de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger, auquel je demeure attaché », a déclaré IBK

Des avancés dans la mise  en œuvre de l’Accord

L’un des acquis de l’Accord, a souligné le Chef de l’Etat, est l’absence de belligérance entre les Forces de Défense et de Sécurité du Mali et les Mouvements signataires, et le retour progressif de la confiance entre les parties maliennes. S’y ajoutent la réintégration de plus de 500 anciens combattants au sein les Forces de défense et de sécurité́ du Mali et l’enregistrement de près de 2000 ex-combattants, membres du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC), dont 1000 éléments formés ont été versés dans les rangs des Forces constituées pour reconstituer l’Armée nouvelle.

Dans le cadre du DDR, des avancées sont énormes avec la réactivation du processus. « Ce sont là les prémices du rétablissement de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national», a insisté le Président de la République, conscient toutefois que du chemin reste à faire pour instaurer une paix durable et  la réconciliation des Maliens.

Pour cela, estime le Chef de l’Etat, il nous faut des réformes institutionnelles et constitutionnelles prévues par l’Accord.

Le Président de la République a rassuré de la tenue dans les semaines prochaines du dialogue politique inclusif après deux tentatives infructueuse de 2017 et 2018.

«La Mali se prépare activement à la tenue dans les meilleurs délais, d’un dialogue national inclusif devant conduire à la réconciliation et à l’approfondissement de la démocratie dans notre pays », a souligné IBK, qui a expliqué que parallèlement à cela,  afin d’assurer le bon fonctionnement des institutions de la République, le mandat des députés a été prorogé jusqu’au 2 mai 2020 pour leur permettre d’adopter les réformes politiques et institutionnelles qui viendraient à être préconisées lors du dialogue.

Rappelant la promulgation de la Loi de l’Entente, le Chef de l’Etat nationale dira que, certes, celle-ci exonère les poursuites  pénales envisagées, les personnes ayant commis ou ayant été complices de crimes durant les événements douloureux en 2019, cette Loi exclut cependant  de son champ d’application, les crimes de guerre, et les crimes contre l’humanité, les viols et les crimes réputés imprescriptibles. Sans oublier la stipulation des mesures de reconnaissances et de réparations en faveur des victimes collatérales, en s’appuyant sur le travail de fourmis de la CVJR.

« C’est dans le même cadre de la réduction de la disparité qui nuise à la cohésion nationale que l’Assemblée Nationale a adopté cette année des textes de loi qui créent la Zone du Développement des Régions du Nord, le Gouvernement a créé le fonds de développement durable doté de 72 millions de dollars américains et conçu pour être l’instrument financier de la mise en œuvre de la stratégie de développement des région nord du Mali. A ce jour, 20 millions de dollars américains ont été déjà utilisés pour financer les dépenses prioritaires urgentes dans les régions de Kidal, Ménaka, Tombouctou et Gao », a expliqué le Chef de l’Etat.

Les actions de développement dans les pays membres du G5-Sahel et la situation dans le centre du Mali préoccupent le Président IBK. Ainsi, a-t-il déclaré : « C’est pourquoi, parallèlement au volet sécuritaire, nous travaillons ensemble à la mise en œuvre du Programme d’investissements prioritaires (PIP), qui comprend une quarantaine de projets dans les domaines de la défense et de la sécurité́, de la gouvernance, des infrastructures, de la résilience et du développement humain, afin d’apporter des réponses appropriées aux causes profondes de l’instabilité́, en créant des opportunités économiques, sociales et de développement pour nos populations, particulièrement notre jeunesse ».

Un autre défi, non moins important, concerne la disponibilité́ des ressources financières adéquates pour l’application de l’Accord d’Alger. Tout en remerciant les partenaires pour les efforts déjà̀ consentis, le Chef de l’Etat malien a dû les appeler à honorer leurs engagements, singulièrement ceux souscrits lors de la Conférence pour le développement du Mali, organisée à Paris, en octobre 2015 et lors de la Conférence de coordination des bailleurs et partenaires du G5 Sahel pour le financement du Programme d’Investissements Prioritaires (PIP) du G5 Sahel, tenue à Nouakchott, en Mauritanie, le 6 décembre 2018.

Crises du Nord et du Centre liées

Et Ibrahim Boubacar Kéita de souligner que les efforts consentis pour la stabilisation et le développement des régions du Nord du Mali ne sauraient faire oublier la situation préoccupante qui prévaut dans les régions du Centre du pays. Bien au contraire ! 

Selon le Chef de l’Etat, les crises du Nord et du Centre du Mali sont inextricablement liées entre eux. 

 

Les motivations des groupes terroristes n’ont que peu à voir avec la religion et encore moins avec le développement, mais « l’enjeu pour eux, c’est de se doter d’espaces pour faire prospérer leurs activités criminelles, y compris le trafic d’armes, d’êtres humains ou de marchandises illicites, en profitant de la faible présence de l’Etat, singulièrement des services de défense et de sécurité́, dans les régions concernées ».

Batterie de mesures

Le Président a parlé d’une série de mesures aux plans politique, sécuritaire, réglementaire et judiciaires, afin de rétablir l’ordre et la sécurité́ dans ces régions affectées. Il s’agit du renforcement du dispositif de sécurité́ sur le terrain, la création de nouveaux postes de sécurité́ dans les zones stratégiques et l’adhésion de plusieurs centaines de jeunes locaux au programme spécial de réduction de la violence intercommunautaire.

Il en est de même de la récupération de nombreuses armes, du désarmement en cours des milices, des actions de développement et de la fourniture des services sociaux de base au profit de nos populations et de toutes opérations les qui visent à mieux répondre aux défis de la gouvernance et de la sécurité́.

A ces mesures ponctuelles, s’ajoutent d’autres, de nature plus structurelles, notamment l’emploi des jeunes, la nomination des femmes à des postes de responsabilité, l’octroi pour l’année 2018, environ 3000 logements sociaux en faveur des personnes à revenu intermédiaire et faible, mais aussi à la diaspora malienne.

En dépit des défis nationaux et régionaux, le Président Kéita rassure que le peuple et le Gouvernement du Mali demeurent très attentifs à la situation en Afrique (situation en Libye, au Soudan,…)  et dans le reste monde (la situation au Moyen-Orient, en Syrie et au Yémen).

Cyril ADOHOUN

Source: L’Observatoire

Vous allez aimer lire ces articles

Dr Oumar Mariko l’a déclaré hier : « L’accord politique et le dialogue national inclusif ne changeront rien à cette situation de malaise généralisé »

POUR LA SORTIE DE CRISE : L’honorable Bafotigui Diallo invite IBK à associer Soumaila Cissé

BOUBACAR MINTOU KONE, PRESIDENT DU PARTI FRAFISMA : “La décence et la pudeur devaient commander à Moussa Sinko Coulibaly de se taire”

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct