Malijet.co

IBK : Un président budgétivore !

Il n’est de secret pour personne que le président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA est un homme qui aime trop le luxe. Connu pour ses dépenses excessives, il coûte énormément aux pauvres contribuables Maliens.

Pour preuve, évaluons ses multiples voyages en chiffres : 618.927 km dans les airs pour un montant de plus de 6 milliards de F CFA et 9 milliards 500 millions pour les dépenses hôtelières. Un véritable pigeon voyageur, ses multiples voyages coûtent très chers aux pauvres contribuables maliens.

ibk-ibrahim-boubacar-keita-president-malien-sortir-voiture-vehicule-logement-sebenikoro-garde-corps

Dès son élection à la tête de la magistrature suprême du Mali en 2013, Ibrahim Boubacar Kéita a entrepris de nombreux voyages à l’extérieur du Mali. En 4 ans, ‘’Kagnamakan’’ ou le ‘’Mandé Massa’’ a parcouru  plus de 618.927 km dans les airs, soit plus de 20 fois le tour du monde. La majorité de ses voyages ont été effectués en Afrique, suivi de l’Europe. Les Amériques, restent les continents les plus négligés, avec seulement 4 voyages, tous aux États-Unis. Le président n’a visité aucun pays d’Amérique latine. Il n’a jamais visité le Canada non plus. Comment est-on arrivé à ces succès sans un seul voyage du chef de l’Etat dans ce pays ? Tout simplement parce que les visites du président apportent très peu de “valeur ajoutée”. L’essentiel du travail devrait se faire par des diplomates chevronnés, ceux dont les voyages coûtent comparativement très peu. Le président IBK a effectué 107 voyages. De ces 107 voyages, 54 étaient pour des Sommets et Conférences et seulement 17 pour des visites bilatérales. Il  aura visité 38 pays différents durant ses quatre années de pouvoir.

En analysant le coût de chaque déplacement, on constate la lourdeur des déplacements présidentiels sur le maigre budget de l’Etat. Chaque heure de vol de l’avion présidentiel coûte à l’Etat environ 13 millions de francs CFA. A cet effet,  les 107 voyages de Kagnamakan ont coûté la somme de plus de 6 milliards de FCFA au pauvre contribuable ; et c’est uniquement pour le carburant et l’entretien de son avion. 9 milliards 500 millions de FCFA, c’est ce qu’auront coûté ses dépenses hôtelières. Cela dans un espace de 36 mois.

IBK  s’offre le luxe et le Mali s’appauvrit

Aimant trop le luxe, IBK est un homme budgétivore. Il fait des dépenses sans compter. Après avoir s’acheté deux voitures de marque Range-Rover (version 2014) estimées chacune à plus de 80 millions de FCFA. Le président de la République, IBK (un homme budgétivore), faut-il rappeler, s’est aussi offert un avion à près de 18 milliards de FCFA. Dans la mesure où vont les choses avec toutes ses dépenses faramineuses (alors les populations broient le noir), IBK s’offre le luxe et le Mali s’appauvrit de plus en plus.

Ibrahim Boubacar Keïta, une fois installé, en plus de faire de la gestion du Mali une gestion familiale, parentale et amicale du pouvoir, il ne cesse de s’offrir le luxe (des voitures de luxe et avion achetés par ici et là), alors qu’il y a bien des priorités qui ne manquent pas. A quatre ans passés à la tête du pouvoir, IBK le roi du Mali ne va que de scandale en scandale (après l’affaire du parrain des parrains Michel Tomi), l’achat des voitures des millions. IBK s’est permis d’acheter un avion à près de 18 milliards de FCFA. En ces moments où  les temps sont vraiment durs pour les Maliens: l’argent se fait rare, les caisses et les poches sont vides, l’immense dette intérieure qui avoisine les 200 milliards n’est toujours pas résorbée et les entreprises végètent faute de liquidité. Pis, que dire du train de vie de l’État, du budget de la présidence en augmentation continue (9,3 milliards de francs en 2014, 16 milliards en 2015, 19,3 milliards en 2016?)

Comme tout cela ne suffisait pas, le président IBK vient de réviser la Constitution en créant le Sénat. Un Sénat qui coûte très chers pour un pays comme le nôtre. Puisque pour faire réellement fonctionner cette institution il faudra beaucoup d’argents.

En tout cas, IBK doit s’avoir que les Maliens qui lui ont accordé leur suffrage, auraient voulu par ailleurs que ces milliards soient destinés à l’emploi des jeunes pour le décollage économique, à l’école pour la formation adéquate des ressources humaines, à la santé pour que nos gouvernants et les nantis acceptent désormais de se soigner au Mali et plus jamais au Maroc, en France, en Belgique… à rebâtir notre armée contre le terrorisme, le djihadisme et la rébellion (une des raisons fondamentales des électeurs à placer leur confiance en  IBK). On se souvient qu’IBK, lors de la campagne présidentielle a promis « le Mali d’abord » mais la famille et les intimes vivent tous aujourd’hui sur le dos de l’Etat au nom de la famille d’abord.

Comme quoi, les promesses  et les slogans de campagne électorale n’engagent que ceux qui y croient.

Pour preuve, IBK porté à la magistrature suprême avec un score (plus de 77% des suffrages) jamais égalé, est un homme budgétivore qui s’offre le luxe au moment où le Mali s’appauvrit de plus en plus.

Agmour

Source: Le Pays

Vous allez aimer lire ces articles

Présidentielle 2018: IBK annonce sa candidature

Révision de la constitution : Des Députés vont vite en besogne

Minusma-Barkhane… Foutez le camp

ORTM en direct Africable en direct