En marge du sommet de l’OTAN tenu à Londres hier mercredi, le président français Emmanuel Macron est sorti de son silence pour conditionner la poursuite de l’Opération Barkhane à une clarification de la position des pays du G5 Sahel où les manifestations hostiles à cette présence militaire se multiplient. Notamment au Mali, au Burkina Faso et au Niger, trois pays affectés par l’hydre terroriste.

 

Source: l’Indépendant