Bonjour Kayes!

Merci pour votre accueil massif et enthousiaste. Je remercie vivement la coordination ainsi que tous les amis soutiens à ma candidature.

Me voilà, à nouveau, devant vous, avec vous, parmi vous, pour vous!

Lorsque j’ai quitté Dakar, j’ai décidé de débuter mon périple à Kayes.

Votre accueil chaleureux m’a fortement touché. Sachez que je ne l’oublierai jamais. J’ai pu constater la misère qui ronge nos concitoyens dans la région. J’ai pu observer avec quel courage et quelle dignité, les populations y faisaient face. Vous avez renforcé, chers Kayesiens, ma détermination à servir ce pays qui est le nôtre, un pays en état d’urgence qui attend des solutions concrètes, immédiates, adéquates.

Les souffrances, les besoins insatisfaits, les destins contrariés, les inquiétudes des populations, notamment des jeunes et des femmes, constituent la règle au lieu d’être l’exception.

Et pourtant, je vous le dis, en toute sincérité, gardez confiance. Kayes peut et doit changer.

Aujourd’hui, je pense que l’on peut et que l’on doit inverser la tendance. Même s’il souffre, notre pays a aussi d’innombrables potentialités inexplorées.

Pour rendre cela possible, je vous propose 7 axes stratégiques reposant sur la mise en œuvre de 99 mesures concrètes et 12 grands travaux prioritaires de transformation de la société malienne.

Comment ne pas lancer ce programme ambitieux dans le chantre du travail, de l’audace et de la persévérance, de Bafoulabé à Diéma, Kéniéba, Kita, Nioro du Sahel et Yélimané.

Kayes a été bâtie avec la sueur et parfois le sang des kayesiens. Le limon de Kayes est fertile de votre action, l’action des artisans, des commerçants, des agriculteurs, des femmes, enfin et surtout des jeunes dont le courage est incomparable.

Courage veut dire le coeur en action. Mamadou Gassama a eu le coeur en action, Lassana Bathily a eu le coeur en action. Bien d’autres anonymes ont, chaque jour, le coeur en action pour faire de Kayes ce qu’elle est aux yeux du monde, une terre qui façonne des destins exceptionnels, une terre qui façonne des hommes qui placent l’humain au centre de leur préoccupation.

Comment ne pas ancrer ce programme choc dans ce lieu carrefour, terre de confluence où trois fleuves se joignent pour n’en former qu’un.

Chères Kayesiennes, Chers Kayesiens,

Vous pouvez être fiers de votre territoire avec le Baoulé, le Bafing, le Bakoye, les chutes de Gouina, La lac Magui, le Lac Dort et les forêts.

Vous pouvez être fiers de votre sous-sol riche en minerais, de vos barrages Manatali, Felou qui donnent de l’électricité aux citoyens, de la qualité exceptionnelle de votre indigo que le monde nous envie, enfin de la gomme arabique si précieuse qui fait le bonheur des Kayesiennes. Avec ce tableau dressé, tout devrait être parfait à Kayes, la coquette.

Et pourtant, nous sommes face à un paradoxe. Kayes est à la fois un lieu de passage et une cité honteusement enclavée, ce, malgré la ligne de chemin de fer Dakar-Bamako. L’axe routier Bamako-Dakar est impraticable bien que plus de 60% de trafic passe ici.

A cet effet, nous prévoyons de désenclaver et soutenir le secteur industriel par la réhabilitation du réseau ferroviaire, l’entretien des routes et pistes rurales, la construction de 3000km de routes et 1500 km de pistes améliorées.

La jeunesse est confrontée à un chômage de masse notamment depuis le licenciement de 550 jeunes travaillant dans les mines. Une jeunesse qui s’expatrie au péril de sa vie pour un mieux-être dans un ailleurs illusoire. Les cercle de Bafoulabé et Yélimané en ont payé le prix fort.

Afin de réduire cet attrait pour le secteur minier, Il convient, de diversifier notre économie par la création de filières prometteuses pour valoriser et labéliser nos productions spécifiques, nécessité au regard de la forte demande à l’exportation.

Les mines doivent consommer malien, consommer kayesien.

Aussi, le secteur de la santé publique est totalement laissé à l’abandon. L’hôpital de 3ème génération n’offre pas la sécurité sanitaire adéquate obligeant les malades à se rendre à Bamako pour la moindre analyse.

Nous envisageons de faciliter l’accès à la santé et surtout d’améliorer les conditions sanitaires pour donner la vie à travers le projet « 1 village – une maternité » et le recrutement de 10 000 matrones.

La mesure 33 de notre programme prévoit de doter les hôpitaux d’importants moyens de prévention et de prise en charge des maladies complexes.

Il est dit que Kayes, qu’elle est la cocotte minute de l’Afrique tant il y fait chaud. Cette fournaise n’a pas empêché les kayesiens d’aimer profondément leur terre. Le transfert d’argent de nos compatriotes partis à l’expatriation constitue la plus importante source de revenus de la région.

A ce titre, il nous semblait opportun de mieux sécuriser les maliens à l’Etranger en renforçant les capacités d’accueil dans

 

Source: Koulouba.com