Keniéba : le ministre Abdoulaye Maiga déjoue un complot contre le maire de Dabia

Malgré la non démission du maire de la commune rurale de Dabia dans le cercle de Keniéba, Foutango Babani Sissoko, ses camarades politiques du Rassemblement Pour le Mali (RPM) voulaient imposer un autre maire à sa place du nom de Modibo Keita. Il a fallu la vigilance du ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, le lieutenant-colonel Abdoulaye Maiga, pour empêcher cette mascarade déjà tranchée par le Tribunal Administratif de Kayes et le Tribunal de Grande Instance de Keniéba.

 

L’installation du nouveau maire de la commune rurale de Dabia prévue ce mardi 9 mars 2021, est reportée sine die. La vigilance du ministre de ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, le lieutenant-colonel Abdoulaye Maiga, en particulier et celle des autres autorités de la Transition en général ont joué un grand rôle dans cette situation qui allait créer une crise sans précédente dans la commune de Dabia.

Lors des élections communales de 2016, le candidat du parti RPM, le richissime Foutango Babani Sissoko est élu maire de la commune de Dabia. Son premier adjoint est Mamadou Kouyaté du parti Codem. Pour des raisons de santé, le maire a signé une délégation de signature en faveur de son adjoint, Mamadou Kouyaté, le 6 aout 2018, pour la gestion les affaires courantes de la mairie.

Cependant, les militants du parti RPM n’ont pas pu digérer cette décision de leur camarade. Pire, ces deux élus ont aussi refusé de soutenir les candidats de l’alliance Adema-Rpm lors des élections législatives de 2020. Donc pour punir le maire adjoint  qui dirige actuellement la Mairie, les militants du RPM de la localité ont décidé de désigner un autre maire venant de leur rang. Ainsi, ils ont apporté une démission de Babani au préfet de Keniéba, ce dernier a aussitôt déclenché le processus de désignation d’un nouveau maire en la personne de Modibo Keita du RPM.

C’est parti pour un feuilleton judiciaire. Au Tribunal Administratif de Kayes, la décision du préfet a été annulée. Concernant la possible démission de Babani, le Tribunal de Grande Instance de Keniéba a tranché et annulée cette décision un peu obscure.

Malgré ces décisions de justice, certains manipulateurs ont essayé d’induire le ministre de l’Administration dans l’erreur. Peine perdue, l’homme averti, le ministre a mené ses propres enquêtes pour connaître la vérité. Aux dernières nouvelles, l’installation du nouveau maire prévu pour le mardi prochain est reportée sine die. D’ailleurs, il n’est pas exclu que des sanctions tombent dans les semaines à venir contre les auteurs de cette conspiration.

Affaire à suivre

Abdoulaye Ouattara

Source : Afrikinfos-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Frappe sur BOUNTI: François Lecointre auditionné devant la commission de défense de l’Assemblée nationale

Ça se passe au grin: Le RPM joue à la victimisation

LE PRÉSIDENT BAH N’DAW AUX LEADERS RELIGIEUX ET AUX FAMILLES FONDATRICES DE BAMAKO : ‘‘Je suis au courant de tout ce que vous faites dans l’ombre pour apaiser le pays’’

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct