Malijet.co

La crise djihadiste met la classe politique malienne sous pression

Alors que le conflit djihadiste épuisant du Mali continue, de nombreuses personnes affirment que les forces militaires ne peuvent pas s’acquitter de toutes les tâches lourdes, et que la classe politique fracturée du pays doit aider.


Les problèmes du pays concernent autant la pauvreté, les divisions ethniques et des institutions faibles – qui nécessitent des solutions politiques – que la violence islamiste, affirment-ils.

Les djihadistes, capitalisant sur les griefs sous-jacents, ont saisi une grande partie du nord du Mali en 2012, déclenchant une crise sécuritaire qui, selon certains, constitue désormais une menace existentielle.

En dépit d’un accord de paix conclu en 2015 et d’une tentative de dialogue dit national, la violence s’est étendue du nord au centre du Mali, faisant des milliers de morts.

Les accords d’Alger de 2015, destinés à désarmer les groupes rebelles et à les intégrer dans l’armée nationale, sont en train de prendre de la poussière. Les discussions sur la mise en œuvre de l’accord ont pris fin il y a trois mois.

La stagnation irrite la France, qui a perdu mardi 13 soldats dans une force déployée au Mali pour soutenir ce pays fragile.

“Ce qui semble être le plus important à présent, c’est davantage d’action politique”, a déclaré à Paris le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

“Intensifier l’action politique au Mali pour que les engagements soient respectés, afin que le soi-disant DDR (pour le désarmement, la démobilisation et la réintégration des rebelles) soit réellement mis en œuvre, que les accords d’Alger, y compris le volet décentralisation, soient véritablement mis en œuvre, et qu’il y ait une manifestation de volonté commune de lutter contre le terrorisme “.

– Conflit ‘politique’ –

Certains hommes politiques au Mali conviennent que les négociations sont la voie à suivre.

“La guerre est avant tout politique”, a déclaré à l’AFP Boulan Barro, député de l’opposition.

Cheickna Camara, de la majorité présidentielle, a déclaré que “le dialogue est nécessaire et que la classe politique doit jouer son rôle”.

Il a ajouté que les négociations “nous permettraient de sortir de ce cycle infernal de meurtres”.

Mais il y a aussi une vérité inconfortable: l’armée maltaise maltraitée demeure insuffisamment financée et mal équipée.

Les soldats ont payé un lourd tribut: plus de 140 soldats maliens sont morts depuis septembre.

Interrogé jeudi par des députés sur l’état de l’armée, le ministre malien de la Défense, Dahirou Dembele, a reconnu que c’était un problème.

“Vous avez raison d’avoir peur, j’ai peur,” dit-il. “Quand je vois mon armée, j’ai peur.”

Dembele a déclaré qu’il souhaitait voir l’armée malienne “atteindre le niveau des autres armées, de sorte qu’elles ne disent plus qu’il y a telle force (étrangère) (au Mali), mais que le Mali prend en charge sa propre défense”.

La France est intervenue au Mali en 2013 pour arrêter l’avancée djihadiste et 4 500 soldats environ ont été déployés dans la région pour aider les forces locales. Une nouvelle unité de forces spéciales européennes devrait également être déployée au Mali en 2020.

Mardi, 13 soldats français sont morts dans une collision d’hélicoptère en plein vol alors qu’ils poursuivaient des djihadistes au Mali. C’était la pire perte militaire en un jour en France en 36 ans.

– Intrigue –

Les appels à l’unité nationale, un refrain gouvernemental récurrent, sont en grande partie tombés dans l’oreille d’un sourd.

Le principal parti d’opposition a décliné l’invitation à se joindre à des pourparlers visant à rassembler diverses couches de la société autour de la table, en se plaignant de ne pas être vraiment inclusifs.

Le gouvernement entreprend néanmoins des consultations à l’échelle du pays.

“Nous essayons de progresser vers une compréhension commune des problèmes liés à l’autorité de l’Etat”, a déclaré lundi le ministre des Affaires étrangères Tiebile Drame.

Divers experts et personnalités maliennes implorent des pourparlers avec les djihadistes – jusqu’à présent écartés par Bamako et Paris, bien que le Mali ait accepté de procéder à des échanges de prisonniers avec des militants.

Le débat a de nouveau éclaté ce mois-ci lorsque les services de renseignements maliens ont arrêté un ancien ministre du gouvernement, Hassan Barry, soupçonné d’avoir servi d’intermédiaire secret avec Amadou Koufa, un prédicateur radical des Fulani.

Des vidéos ont circulé sur les médias sociaux montrant l’avocat bien connu rencontrant le dirigeant djihadiste en juin.

Un officier de sécurité qui a refusé de donner son nom a déclaré que la réunion avait eu lieu avec la bénédiction de certains responsables gouvernementaux. Le Mali a nié la demande.

Le gouvernement a publié lundi une déclaration dans laquelle il affirmait que l’arrestation de Barry n’avait aucun lien avec des missions diplomatiques “qu’il prétend avoir déjà entreprises”. Barry a depuis été libéré.

Sourcefrance24

Vous allez aimer lire ces articles

Me Hassane Barry sur Africâble : « Il faut dialoguer avec Kouffa et remonter à Iyad… »

Le président du PPC et du MC-ATT, JeamilleBittar « Le consensus reste la seule voie royale de sortie de crise »

DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct