La gouvernance a atteint un tel niveau de médiocrité dans ce pays qu’il n’ait plus possible de se taire, de rester impassible et “neutre”, et de regarder le pays aller à vau-l’eau !

Passer sous silence, voiler, cette tragédie revient à être soit complice du drame, soit indifférent à la souffrance du peuple, ou tout simplement neutre. Les deux premières hypothèses sont difficiles à supporter et à défendre, je ne les commenterai pas, je m’attarderai donc sur la troisième. A ceux qui l’avancent, je dirais que la neutralité est une forme d’hypocrisie rébarbative, et qu’on ne peut être neutre que dans les paroles mais pas en pensées. Que ceux qui se disent neutres avancent souvent masqués !

Entre ceux qui gouvernent et qui foulent au pied les lois et ceux qui les combattent, mon choix n’a pas tardé à se faire.

Entre ceux qui opposent les maliens et qui rompent l’équité entre les citoyens et ceux qui appellent à leur rassemblement dans un pays réconcilié avec lui-même, où la justice s’exprimera avec droiture, mon choix s’impose de lui-même.

Entre ceux qui se servent et qui détournent à leur profit les maigres ressources de ce pays et qui trouvent toutes sortes de subterfuges pour légaliser leurs transgressions et ceux qui appellent à une transparence dans la gestion des deniers publics, point de neutralité, j’ai donc pris parti.

Je fais mienne cette mémorable citation d’un illustre écrivain, philosophe et professeur d’université, Elie Wiesel, Prix Nobel de la Paix en 1986 ” J’ai juré de ne jamais me taire quand des êtres humains endurent la souffrance et l’humiliation, où que ce soit. Nous devons toujours prendre parti. La neutralité aide l’oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le persécuteur, jamais le persécuté.”

Dès lors, mon engagement citoyen au grand meeting de protestation, du 11/08/2020, était évident. Je devrais le matérialiser pour au moins trois raisons:

1. rompre avec la neutralité passive derrière le confort d’un clavier bien au chaud et joindre ma voix à celles de ces centaines de milliers d’hommes et de femmes qui disent stop à la mauvaise gouvernance ;

2. montrer, par l’exemple, à mes enfants qu’un citoyen doit se lever et se battre pour sa partie et ses droits quels que soient les écueils. C’est une question de principe, d’honneur et de dignité ; c’est donc un devoir absolu ;

3. écouter l’hommage aux martyrs, leur sacrifice représente de mon point de vue un haut fait de la conscientisation pour l’éveil de nos compatriotes, un thème qui me tient particulièrement à cœur et pour lequel je me suis engagé sur ce média social.

Wa Salam

Source : Ousmane Ouane

Vous allez aimer lire ces articles

Première journée de travail du Premier ministre Moctar OUANE : Prise de contact avec le cabinet et les services rattachés.

Pour avoir relevé les défis : Le CNSP félicite et encourage le DG de la Douane

Bah N’Daw rencontre Dioncounda TRaoré

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct