Tominian, 03 octobre (AMAP) La révision annuelle des listes électorales, qui va durer du 1eroctobre, au 31 décembre 2019,  a commencé, mardi, dans la salle de délibération de la mairie de Tominian, a constaté l’AMAP.

Cette révision va concerner la validation pour les cas des omis, les nouveaux majeurs, la radiation pour les cas de décès ou de perte de droit de vote, les transferts pour changement de lieu de vote.

Les délégués des partis politiques participent à cette opération, placée sous la présidence du Préfet du cercle de Tominian Zoumana Norbert Dembélé, a vu la participation .

Le président du Conseil de Cercle de Tominian, Zoumbaro Traoré, a encouragé les membres de la Commission de révision électorale dont le président est Michel Tienou, « à travailler dans la sérénité et dans les règles de l’art pour le bénéfice de tous ».

A sa suite, le préfet avant d’ouvrir, officiellement, les travaux, a félicité les délégués des différents partis politiques pour leur disponibilité. M. Dembélé a appelé les membres de cette commission de révision à s’investir « en vue d’obtenir un fichier électoral fiable, tout en tenant compte du délai inscrit par les plus hautes autorités ».

A la fin de la journée, les délégués présents ont dressé un procès verbal qu’ils ont signé constatant l’absence de représentants de plus d’une dizaine de partis politiques.

La commune de Tominian couvre une superficie de 516 km2. Administrativement, elle se situe dans la 4ème Région du Mali, Ségou, et dans le Cercle de Tominian qui compte onze autres communes rurales. La ville de Tominian est à la fois chef-lieu de Commune et de Cercle du même nom.

La population de la commune était estimée, en 2014, à 29.849 habitants, selon la projection du Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) de 2009, soit 14.917 hommes et 14.932 femmes.

La commune est composée, essentiellement, de Buwa ethnie majoritaire, de Dafings, de Bambaras et de Peulhs. La religion dominante est le christianisme représenté par l’église catholique et protestante. L’islam est pratiqué par environ 10% de la population, selon les autorités communales. Cependant, l’animisme est la pratique la plus courante dans la commune.

ST/MD (AMAP)