Le président de la CODEM, Housseini Amion Guindo l’a déclaré, hier: » La Transition n’a pas la légitimité d’engager les réformes administratives et institutionnelles, précisément celle affectant la constitution du 25 février 1992 «

 

Le président de Convergence pour le Développement du Mali (CODEM), Housseini Amion Guindo a rencontré la presse nationale et internationale, hier mardi 1er septembre, à la Maison de la presse pour dévoiler ses pistes de propositions pour une meilleure transition. Occasion pour lui de déclarer que » la Transition n’a pas la légitimité d’engager les réformes administratives et institutionnelles, précisément la constitution du 25 février 1992 du Mali, mais c’est au président démocratiquement élu d’entamer ce processus « .

Source : l’Indépendant

Vous allez aimer lire ces articles

Mali : L’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta, renversé par les militaires, est mort

Confiscation du M5 RFP : La guerre ouverte contre Choguel?

URD : Un congrès extraordinaire prévu le 16 janvier prochain

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct