Le tête-à-tête entre le Président Ibrahim Boubacar Kéita et son homologue Mahamadou Issoufou , la séance de travail entre les deux délégations, le tous sanctionné par une conférence de presse ont permis aux deux Chefs d’État d’imprimer une nouvelle dynamique à la coopération riche et multiforme entre leurs deux pays, le Mali et le Niger.

Le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, a accueilli son homologue et frère du Niger, Mahamadou Issoufou, en visite de travail et d’amitié au Mali, le samedi 7 septembre 2019.

Les deux Chefs d’Etat ont eu des entretiens en tête-à-tête et une séance élargie aux deux délégations au cours desquels ils ont abordé toutes les questions ayant trait à la coopération bilatérale et examiné ensemble tous les sujets d’intérêts régional et international. Ils ont, en particulier, examiné les propositions d’actions dans le domaine de la lutte contre l’insécurité, propositions issues de la rencontre des Ministres en charge de la Défense et de la Sécurité des deux pays. Ils ont instruit les Ministres concernés et l’ensemble des parties prenantes à mettre en œuvre, de façon diligente, toutes mesures contenues dans les conclusions de ladite rencontre.

En conférence de presse, les deux Présidents de la République ont parlé des questions sécuritaires, notamment le terrorisme dans le Sahel et singulièrement le Nord du Mali. IBK et Issoufou ont exprimé leur ferme condamnation du terrorisme et ont réaffirmé leur volonté de l’éradiquer, en s’appuyant sur les mécanismes bilatéraux et multilatéraux.

« Il est sûr que le statut de Kidal, au Mali, nous pose problème. Kidal est un sanctuaire pour les terroristes, et ceux qui nous attaquent s’y replient souvent. Kidal est une menace pour le Niger et il faut impérativement que l’Etat malien y reprenne ses droits», avait-il souligné récemment le Chef de l’Etat nigérien.

Le Président de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, a réitéré ses mêmes préoccupations par rapport à Kidal. « Je maintiens ce que j’avais dit, le statut actuel de Kidal est une menace pour la sécurité intérieure du Niger. Il y’a des mouvements qui ont signé l’Accord pour la Paix et qui sont de connivence avec les terroristes, cette situation doit être dénoncée ».

Il s’agit pour  le Président Mahamou Issoufou de dé-sanctuariser Kidal pour la paix dans la région et prendre de mesures urgentes pour le retour imminente de l’administration malienne dans cette zone.

Cyril ADOHOUN

Source: L’Observatoire