La rencontre avec les leaders religieux aura été l’occasion pour le chef de l’Etat de
rappeler qu’il est dédié entièrement à sa mission de protection et de défense du pays. Il n’a pas manqué de dénoncer  des menées subversives visant à détruire l’unité nationale.

 

Pendant les moments difficiles comme celui que connaît aujourd’hui notre pays, les discours ou autres actes allant dans le sens de l’apaisement, de l’entente, de la solidarité et de la cohésion entre tous les fils du pays, doivent être prônés et multipliés. Dans ce cadre, les autorités morales ont un rôle important à jouer. Leur action est vivement attendue dans la recherche de solutions aux maux qui minent le pays et dans l’apaisement du climat social. Sans conteste, c’est le sens qu’il faut donner à l’initiative prise par les membres de la Ligue malienne des imams et érudits pour la solidarité islamique (LIMAMA) de rencontrer le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta.
Conduite par El Hadj Fodé Cissé, c’est samedi, dans l’après-midi, que la délégation de la LIMAMA a été reçue par le chef de l’Etat à la Villa des hôtes. Les échanges entre le président Keïta et ses hôtes ont porté sur la situation actuelle du pays, notamment le climat sécuritaire qui devient de plus en plus préoccupant avec la multiplication des attaques. A ce propos, l’attaque contre le village d’Ogossagou, dans le cercle de Bankass qui a fait plus de 160 morts, reste encore dans tous les esprits. Cette situation est d’autant plus préoccupante que le secrétaire général de la LIMAMA, El Hadj Aboubacar Camara a confié, lors de la rencontre, que les imams ont organisé plusieurs séances de prières et de lecture de Coran à travers le pays pour la consolidation de la paix et de l’apaisement. En outre, a complété le leader religieux, les mêmes prières ont été faites pour le repos de l’âme de toutes les victimes civiles et militaires des attaques terroristes.
Abondant dans le même sens, le secrétaire administratif adjoint de la LIMAMA, Cheick Tidiane Haïdara a rappelé que le Mali traverse des moments extrêmement difficiles et inquiétants, mais qui ne sont pas insurmontables. “Nous sommes venus rencontrer le président de la République pour invoquer le Seigneur en faveur de toute la population du Mali”, a-t-il souligné.
Le président de la République s’est d’abord réjoui que les imams du Mali aient souhaité le rencontrer, « surtout au lendemain d’une journée d’effervescence au cours de laquelle beaucoup de choses ont été entendues, parmi lesquelles certaines déclarations fortes et désobligeantes pour tous ceux-là qui sont aujourd’hui à nos côtés pour combattre le terrorisme au Mali ». Le chef de l’Etat a tenu à attirer l’attention de nos compatriotes, à travers les imams, sur « ce fait très simple qui est un principe de criminologie : à qui profite le crime ? Qui est gêné par la présence de la MINUSMA et des troupes françaises ? »
Selon Ibrahim Boubacar Kéïta, le chef du gouvernement et lui-même dirigent un pays indépendant, un pays souverain, un pays qui se débat aujourd’hui, comme beaucoup d’autres, dans des difficultés d’existence liées à l’environnement international, à l’évolution climatique, et qui fait face aussi à une agression terroriste d’un genre nouveau.
“Quand on voit cela et qu’au-dedans, on veuille maintenant monter les forces nationales les unes contre les autres, on se pose des questions. J’appelle les Maliens à la vigilance et à l’intelligence”, a relevé le président Keïta qui ajoutera que ces actions visent à détruire l’unité nationale qui est nécessaire pour bouter le terrorisme hors de notre pays.
Le chef de l’Etat en est convaincu : le terrorisme a des alliés qu’on ne soupçonne pas. Des alliés qui sont en train aujourd’hui de subvertir et de faire en sorte que de l’intérieur nous nous combattions nous-mêmes.
Les autorités en charge du pays aujourd’hui, a assuré le président de la République, ne se tromperont pas d’ennemis pour le bonheur du Mali pour le plus grand honneur des Maliens. “Nous demandons à nos concitoyens de nous faire confiance. Nous sommes en mission de protection du pays, en mission de défense du pays et nous y sommes attelés par tous les moyens. Nul n’arrivera à subvertir le Mali et à le prendre de l’intérieur”, a martelé le chef de l’Etat. Pour lui, c’est « une infamie, une ignominie de la pire espèce” que de prétendre que les événements d’Ogossagou auront laissé indifférents les pouvoirs publics.
Outre les proches collaborateurs du chef de l’Etat, la rencontre s’est déroulée en présence du ministre des Affaires religieuses et du Culte, Thierno Amadou Omar Hass Diallo.

Massa SIDIBé

L’Essor