La candidate du Parena en commune 3 parti de Rénovation a rejeté le dimanche 5 Avril dernier les résultats provisoires des élections législatives du 29 mars publiés par le ministre de l’administration territorial. C’était à la faveur d’une conférence de presse tenu au siège du parti à Ouolofobougou Bolibana

«Les élections de dimanche ont été frauduleuses et le Parena va contester même le vote», a déclaré Kadidia Fofana dès l’entame de ses propos.

Selon des résultats provisoires, le Parena vient en huiitième position sur 44 listes de candidature.

Selon la loi électorale, les résultats définitifs doivent être annoncés dans 72 heures par la Cour Constitutionnelle.

Les élections législatives du 29 mars dernier, dit-il, sont considérées comme une solution de sortie de la crise que traverse le pays. «Mais jamais on n’a vu un mouvement populaire de cette ampleur se lever contre la fraude électorale». Dans ses commentaires, la conférenciere, a souhaité la réforme du système électoral au Mali pour la transparence des élections. «Le Mali n’est pas à l’abri des crises postélectorales tant que le système électoral reste en l’état », a-t-il martelé. « Nous continuerons à contester les résultats de l’élection législatives par les voies légales », a précisé Kadidia. Enfin, il a souhaité le respect des droits de l’homme au Mali et la libération de soumaila cissé. Quant à Safiatou Traoré « on a l’habitude de voir la fraude électorale. Mais changer les voix obtenues dans les urnes est unique, c’est historique et c’est sans précédent… dans notre pays. Ce combat que nous menons c’est pour le renforcement de l’état de droit pour la démocratie malienne. Nous avons compris ce message. Hier, vous avez répondu présent à l’appel du peuple parce que vous êtes le peuple malien, aujourd’hui, vous avez répondu présent à l’appel du peuple parce que vous êtes le peuple malien, il n’y a aucun doute que demain, vous serez à tous les rendez-vous de notre peuple pour la liberté, pour la démocratie et pour le changement », a conclu.

Solo Minta

Source : Le Tjikan