L’Alliance RPM-URD-ADEMA-PASJ a procédé ce samedi 14 mars 2020 au lancement officiel de sa campagne pour l’élection des députés à l’Assemblée nationale dans la Circonscription électorale de Kati, prévu pour le 29 mars 2020. C’était dans le cadre d’un meeting organisé ce 14 mars 2020 en face de la mairie de Kati. L’événement était placé sous le parrainage des représentants des trois partis, à savoir : le Pr Makan Moussa SISSOKO, de l’ADEMA ; Mamadou DIALLO, de l’URD ; et M. SOUMANO du RPM.

 

ls sont au total 7 candidats issus de deux partis de la majorité (RPM-ADEMA) et un parti de l’opposition (URD) à être sur la même liste pour ces élections législatives. Il s’agit de : Youssouf CAMARA (RPM) ; Domo dite Adama SIDIBE(RPM) ; Siaka Batouta BAGAYOKO (RPM) ; Gouagnon COULIBALY (URD) ; Aïssata MAIGA (URD) ; Tiassé COULIBALY (ADEMA) ; Sadio DOUMBIA (ADEMA).

Pour remporter les 7 sièges, ils auront en face d’eux 5 autres alliances, à savoir : la liste alliance ASMA-CFP-UM-RDA-DJS HORONYA TON-PRVM FASOKO ; la liste RAMATA-PLUS-MC-ATT-MODEC-REDD-FUAC-UNION ANKA BOLODI GNONGONMA ; la liste CODEM-ADP-MALIBA-UDD-YELEMA-URP ; la liste indépendante Mali-Espoir ; la liste Alliance PACP-PS-FARE-MPM-UFD-CNAS-MPR.

Dès l’annonce des candidatures, cette alliance a défrayé la chronique, car qualifié par les observateurs de la scène politique comme celle de contre nature.

Les deux premiers (RPM-ADEMA) sont les principaux partis de la majorité ; le troisième (URD) est le principal parti de l’opposition.

Pour le commun des Maliens, cette alliance est contre nature et porte atteinte aux principes qui régissent de la bonne marche de la démocratie.

L’électeur qui se dit désemparé n’aura pas tort en calquant notre démocratie sur celle de l’occident où, pour rien au monde, on ne verra un parti de l’Opposition et celui de la Majorité sur une même liste.

Samedi dernier, les candidats des trois partis ont rejeté le qualificatif d’alliance de ‘’contre nature’’ concernant leur union. Ils se sont engagés à défendre la cause de tous les citoyens des 37 communes que compte le cercle de Kati.

Selon les défenseurs de cette liste, ceux qui crient au scandale ne cracheraient jamais sur de telle occasion si elle se présente en leur faveur.

Aussi, dans le contexte actuel, ils estiment que le Mali que nous avons aujourd’hui a plus besoin de cohésion que de division pour sortir de la crise multidimensionnelle qu’il traverse.

Ces élections, organisées conformément aux recommandations du dialogue national inclusif (DNI), semblent marquer un tournoi dans la recomposition de la classe politique malienne avec le rétrécissement du clivage Majorité-Opposition. Comme en témoigne cette alliance qui voit les candidats du principal parti de l’Opposition, l’URD, se mettre sur la même liste d’alliance avec ceux de la Majorité (RPM-ADEMA) dans la circonscription électorale de Kati et dans plusieurs autres localités, à travers le pays.

Officiellement, ces trois partis sont opposés, mais officieusement, ce qui lie ces trois partis est plus fort que ce qui pourrait les opposer. Rien qu’en prenant les leaders des deux partis qui sont sortis des entrailles de l’ADEMA, à savoir le RPM et l’URD, on se rendra compte qu’il ne pourrait s’agir que d’un conflit d’intérêt et non d’une opposition idéologique au sens du terme.

Dans son intervention, le porte-parole de la direction des trois partis, le Pr Makan Moussa SISSOKO, a invité les populations à sortir massivement pour voter l’alliance. Pour ce faire, il les a invités à aller retirer leurs cartes d’électeurs avant le jour du scrutin prévu pour le 29 mars 2020.

Par Abdoulaye OUATTARA

INFO-MATIN