Les électeurs maliens étaient dans les urnes, hier dimanche 29 mars, pour élire de nouveaux députés, malgré la présence de la pandémie du coronavirus. Les autorités ont maintenu ces élections malgré le risque sanitaire lié au coronavirus. Pour constater le déroulement de ces élections, nous avons sillonné quelques Centres de vote dans la circonscription électorale de la commune V du district de Bamako. Le premier constat qui se dégage est la faible mobilisation des électeurs devant les bureaux de vote et le respect aléatoire des mesures sanitaires contre le coronavirus.

 

Dans la matinée d’hier dimanche, entre 8h et 11 heures, nous avons fait le tour de quelques Centres de vote en commune V du district de Bamako. Partout où nous sommes passés, l’affluence était morose et les électeurs se faisaient attendre. A notre passage, il n’y avait pas de rang devant les bureaux de vote et les électeurs venaient timidement.

Autre constat que nous avons fait est relatif à la présence de quelques dispositifs sanitaires. Pour éviter la propagation du coronavirus, les autorités ont mis en place des mesures sanitaires dans les lieux de vote. L’on pouvait constater à l’entrée des Centres de vote des kits de lavage des mains installés et des gels dans les bureaux de vote.

Malheureusement, ces kits de lavage des mains n’étaient pas utilisés par tous les électeurs. Si certains se dirigeaient automatiquement vers les kits pour se laver les mains avant d’aller accomplir leur devoir civique, ou à leur sortie du bureau de vote, d’autres ignoraient la présence de ces kits sanitaires.

Le hic est que l’utilisation de ces kits n’était pas une obligation pour les électeurs et personne n’était là pour sensibiliser ceux qui passaient sans se laver les mains. De même, tous les agents électoraux ne portaient pas des masques de protection.

Une erreur qui peut coûter gros à la population quand on sait que cette maladie contagieuse est une réalité dans la capitale.

Il est également à déplorer les attroupements qu’on pouvait remarquer devant les Centres de vote. Des SOTRAMA étaient également mobilisées pour transporter des électeurs vers les Centres de vote. Une pratique habituelle qui peut s’avérer dangereuse en cette période d’épidémie. Il n’était pas aussi rare de voir des poignées de mains s’échanger entre des gens qui se rencontraient.

Dans un premier communiqué rendu public, dans la matinée, la Synergie des organisations de la société civile et de la CNDH, a fait le point sur l’ouverture des bureaux de vote et le déroulement du vote sur l’ensemble du territoire.

La Synergie confirme que dans l’ensemble, les bureaux de vote observés par ses agents ont ouvert à l’heure. Cependant, la synergie souligne que quelques cas de retard ont été signalés : 93,3% des bureaux ont ouvert à 8h, 5,2% entre 8h et 8h15mn, 1,5% entre 8h15 et 8h30.

« A Bankoni, Commune I du district de Bamako, au groupe scolaire Etat civil, sur 28 BV, 16 bureaux de vote ont ouvert entre 8 et 9 heures », confirme le communiqué de la Synergie.

Concernant le personnel des bureaux de vote, la Synergie affirme que  98% des présidents des bureaux de vote étaient présents à 8h (83,3% d’hommes et 16,6% de femmes).  Concernant les assesseurs : 59,9% d’hommes et 40,1% de femmes. Les assesseurs désignés par la Majorité et l’Opposition représentent 90,8%.

En ce qui concerne la disponibilité et le fonctionnement du matériel technique, la Synergie note que le matériel était complet dans 97,2% des bureaux de vote. Cependant, précise-t-elle qu’au groupe scolaire de Banankabougou le matériel était incomplet au démarrage. ‘’A Banikane (cercle de Niafunké), le matériel n’était pas en place jusqu’à 9h30’’, a alerté la Synergie dans son communiqué.

À propos du fonctionnement des bureaux de vote, la Synergie souligne que le personnel était présent dans la majorité des bureaux que ses agents ont sillonnés.

Cependant, souligne le communiqué, au groupe scolaire de Niaréla, la Synergie a noté l’absence des présidents de BV à hauteur de 80% qui ont été remplacés par les assesseurs les plus âgés.

L’on apprend également que quelques dysfonctionnements et incidents remontés à la chambre politique ont été pris en charge par le ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation (MATD) et la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Les observateurs de la Synergie ont signalé l’absence de kits de prévention COVID19 au Groupe scolaire de Yirimadio.

Cependant, sur l’ensemble des BV de Bamako, Sikasso, Ségou, Mopti, Gao, Kayes et Koulikoro, la Synergie affirme avoir constaté : protections individuelles des agents : 87% ; désinfectants dans les bureaux de vote : 2% ; affichage des mesures de protection devant les bureaux : 0% ; distance d’un mètre : 26% ;  désinfectants BV : 13% ; lavage des mains à l’entrée et à la sortie : 92%.

PAR MODIBO KONE

INFO-MATIN