L’étau ne serait-il pas entrain de se refermer sur le sort du Président IBK?

Nous avions suggéré dans une de nos précédentes publications, la nécessité de parvenir à la signature d’un Accord politique intra maliens qui garde dans ses grands principes : le maintien du Président Ibrahim Boubacar KEÏTA avec des pouvoirs réduits, un Premier ministre consensuel de pleins pouvoirs avec un gouvernement de mission, la dissolution de l’Assemblée Nationale et la révocation des conseillers en poste de la Cour constitutionnelle.

Mais, assurément le destin est cruel dans le sens qu’il est inéluctable. C’est ainsi qu’on peut qualifier le parcours atypique de IBK, cet homme inconnu des maliens avant le régime du Président Alpha Oumar KONARE. Un homme qui a eu les titres les plus prestigieux dans la République : Conseiller, ‘’Ambassadeur’’, Ministre, Premier ministre, Député / Président de l’Assemblée Nationale, Président de la République. Cette république qui l’a façonné sans en être parmi ceux qui historiquement présentaient les meilleurs profils politiques avant 91. Il s’agit en l’occurrence des figures connues des maliens qui ont combattu le régime du Président Moussa Traoré avec une conviction inébranlable, certains avaient été emprisonnés loin de Bamako. En cela, on doit bien s’accommoder avec les dires des religieux qui rappellent sans cesse que le pouvoir est divin et Dieu le donne à qui il veut.

Depuis la date du 5 juin 2020 qui marque le nouveau point de départ de la contestation du régime du Président Ibrahim Boubacar KEÏTA, les bonnes volontés se sont manifestées de diverses manières de l’intérieur comme de l’extérieur pour appeler les acteurs au dialogue, à la retenue. L’espoir d’un Accord politique de sortie de crise négocié a été largement exprimé, défendu et internalisé chez beaucoup. Mais à ce jour, qu’est ce qu’il en reste ? Que de continuer à espérer car dans le contexte d’extrême fragilité actuelle, il va falloir être réaliste même lorsqu’on ne doit compter d’abord que sur soi.

Au lendemain du plus grand rassemblement du Mali contemporain, avec tous les risques de dérapages qui ont émaillés la journée du 19 juin 2020, tout portait à croire que le Président allait trouver les voies et moyens de rencontrer les acteurs du M5-RFP après la première tentative avortée ; c’est du moins ce qui est attendu du garant de l’unité nationale et de la cohésion sociale. L’objectif étant de tout mettre en œuvre pour parvenir au principe de cet Accord politique. En lieu et place, le président s’est installé dans une approche de rencontres de personnalités et de mobilisation de quelques organisations autour de lui, comme s’il cherche à perdre le temps, lequel ne semble plus être son allié. On s’aperçoit aussi avec ce rassemblement puéril du palais des sports, que l’entourage du Président se dégarnit à l’exception de quelques caciques, manquant de popularité et de leadership, qui jouent leur va-tout. Heureusement que le rassemblement inopportun envisagé a été annulé. Le Président serait-il le seul à ne pas comprendre encore qu’on s’achemine vers la fin de la prolongation, qui se joue en sa défaveur ?

Nous ne sommes pas dans l’agenda du M5-RFP, mais on se rappelle qu’il y a eu deux semaines entre les deux premiers évènements du 5 et du 19. De nombreux maliens redoutent un troisième regroupement, car la demande de démission du Président est fondamentalement majeure. Ce troisième rassemblement serait de toute évidence inévitable à en croire certaines sources proches du M5-RFP, si le Président IBK n’arrachait pas cet Accord dans le plus bref délai. Dans tous les cas de figure, on peut retenir qu’il aura eu le temps et les bons conseils. Voilà donc comment risquerait de se terminer la présidence de celui qui aura incarné l’espoir de tout un peuple, avec le plus grand score en 2013 pour son élection et qui aura également fait la quasi-unanimité, des maliens, sur son incapacité à gérer le pays.

Ismaïla ALHASSANE
Consultant – Bamako
[email protected]

Vous allez aimer lire ces articles

Mali: le président IBK annonce une «dissolution de fait» de la Cour constitutionnelle

Adresse à la Nation du Président de la République Son Excellence El Hadj Ibrahim Boubacar Kéïta relative aux évènements en cours au Mali | 11 juillet 2020

Mali : IBK dissout la Cour constitutionnelle

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct