Perçu comme un homme social, acteur du développement de la Commune V et du Mali, l’honorable Moussa Timbiné, 1er Vice-président de l’Assemblée Nationale, compte multiplier ses efforts en faveur du développement de sa circonscription électorale en particulier, et du Mali en général. Dans une interview qu’il nous a accordée hier, le porte-parole de la liste RPM-APR en Commune V dit tout. Il affirme entretenir un bon rapport avec les populations de sa commune.

 

Lisez l’interview 

Après un premier mandat, pourquoi vous vous êtes porté candidat aux élections législatives en vue en Commune V du District de Bamako?

J’ai décidé d’être candidat pour l’amour de ma patrie. Je suis en politique pour ça. Je souhaite, pour ce mandat aussi, défendre l’intérêt de la population malienne et contrôler l’action du Gouvernement pour le bonheur des Maliens.

Quels sont vos rapports avec la population de la Commune V du District de Bamako ?

Si je peux saluer quelqu’un aujourd’hui, c’est bien la population de la commune V. Les chefs de quartiers, les imams, les responsables des partis politiques, les responsables de la société civile et ceux des services, je dois saluer tout le monde. Les populations de la Commune V m’ont beaucoup respecté, cela depuis mon élection. La section de mon parti a porté sa confiance en moi pour me choisir comme candidat. Partout où je suis passé, la population de la Commune V m’a témoigné de son soutien. Elle m’a beaucoup apprécié. Je ne pense pas s’il y a un député élu en Commune V qui a reçu des gens plus que nous. Ma porte est ouverte à tout le monde. Je reçois les gens matin, midi et soir chez moi malgré qu’il y ait la Maison de Député. J’ai toujours été à la disposition de la population de la Commune V.

Pouvons-nous avoir une idée sur votre bilan à l’Assemblée Nationale du Mali ?

Je tiens à préciser que le bilan de l’Assemblée Nationale est pour tous les députés. C’est tout le monde qui vote les lois. Mais au cours de cette mandature, nous avons participé à l’adoption de 477 lois du pays. La loi d’orientation et de programmation militaire, le statut autonome des enseignants, la loi d’orientation agricole, la loi portant sur la protection sociale des personnes handicapées… sont quelques-unes de ces lois.

Au-delà  des missions d’un député : l’adoption des lois, le contrôle de l’action gouvernementale… l’honorable Timbiné a-t-il fait des réalisations en Commune V de Bamako durant les 7 dernières années ?

Bien que ce ne soit pas le rôle d’un député de construire les routes ou faire des forages, l’honorable Moussa Timbiné a fait quelques réalisations et dans beaucoup de domaines. J’ai réalisé trois (03) forages dans les quartiers Baco-djicoroni, Sabalibougou et Daoudabougou. En termes d’éclairages publics, j’ai installé 40 lampadaires à Baco-djicoroni Fitiribougou et Plateau, à Kalaban-Coura, à Sabalibougou. J’ai aussi, à plusieurs reprises, distribué de vivres (céréales, lait, sucre, huile…) aux démunis, aux associations de la Commune V. Dans le domaine de l’éducation et de la formation, je donne, à chaque rentrée scolaire, plus de 10 000 cahiers aux enfants démunis à travers les trois (03) CAP de la Commune V. La construction et rénovation de directions et de latrines de l’école de Torokorobougou ; la construction du CAP de Bacodjicoroni et la construction de l’école fondamentale de Bacodjicoroni-Hèrèmakono pendant que j’étais encore 5e Adjoint au maire de la Commune V ; l’offre d’opportunités de formations et de perfectionnement dans les secteurs formel et informel… font partie de mes réalisations dans le domaine de l’éducation. Dans le domaine de la santé, j’ai fait des dons de lits médicalisés avec matelas et accessoires aux populations locales à travers le CSREF de la Commune V et des déambulateurs. Nous avons, avec le soutien de mon parti, collecté 1 000 poches de sang en faveur des FAMa et des populations de la Commune V. Dans le domaine de la promotion de la femme, j’ai fait des dons de kits d’assainissement, de transformation agroalimentaire, de restauration et de saponification à six (06) regroupements féminins et à l’association des veuves de Sabalibougou. J’ai aussi financé des activités génératrices de revenus des groupes de femmes et de jeunes filles. Dans le domaine de la jeunesse, sports et emploi, nous avons organisé des compétitions sportives (football, arts martiaux, bras de fer, lutte traditionnelle), des activités artistiques et culturelles (traditionnelle et moderne). Nous avons également offert des opportunités d’emploi et de formation dans les secteurs formels et informels. Aussi, avons-nous parrainé et sponsorisé des activités et d’évènements des différentes couches socioprofessionnelles de la commune. En plus de tout cela, j’ai ouvert une permanence dénommée la « Maison du Député » à Baco-djicoroni Golf. C’est là-bas que nous faisons la restitution, que nous recevons les gens pour expliquer les différentes lois votées à l’Assemblée Nationale. Toutes les réalisations que j’ai faites en Commune V, je les ai faits de mon propre moyen ou du soutien de mes proches. Je suis en politique pour la patrie. On peut ne pas m’aimer, mais personne ne peut me reprocher quelque chose.

L’espoir est-il permis pour les candidats de la liste RPM-APR? Si oui, quelles sont vos chances, vos points forts ?

Nous avons beaucoup d’espoir. Les chances de  notre Alliance sont indéniables au regard de la confiance et de notre proximité avec la population de la Commune V. J’ai été choisi par mon parti, le RPM, première force politique de notre démocratie, au regard du bilan que  nous sommes amenés à défendre tout au long de cette campagne,  bilan axé sur notre engagement constant auprès du peuple de la Commune V et la défense des intérêts de tous les Maliens, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Nous acceptons ce sacerdoce avec humilité, mais avec confiance et détermination. La candidate Mme Coulibaly Oumou COULIBALY, jouit d’une légitimité rare en raison de son statut d’élue, de bonne mère de famille, sa présence et son influence auprès des femmes de notre commune. Son activité de transformatrice lui vaut une popularité avec le sobriquet de “ OUMOU TIÈKÈ“ la femme nourricière des populations de Kalaban-Coura, surtout la frange jeune et Femme ; Ibrahim BAGAYOGO dit « Jeune Premier » est un élu RPM en Commune V, résidant à Daoudabougou, troisième grand quartier de la Commune. Entrepreneur de son état, il est adulé et sollicité par toutes les couches sociales. Nous sommes donc la liste de l’espoir, de la confiance et de la proximité en laquelle les électeurs de la Commune V se reconnaissent.

Quand on parle de Moussa Timbiné, la lecture est faite sur la vie d’un ancien leader de l’AEEM. Au-delà de tout, pouvez-vous nous parler de votre parcours scolaire?

Après l’obtention de mon baccalauréat, j’ai été orienté à la Faculté des Sciences Techniques (FAST) de Bamako où j’ai obtenu mon DEUG avant d’aller pour l’Institut Universitaire de Gestion. J’ai obtenu mon DUT en finances comptabilités. Je suis aussi détenteur d’un Master pro en Marketing touristique et évènementiel à la F.M.S.A de Sousse en Tunisie, et Doctorant en innovation, Intelligence économique et développement à l’Institut d’Études Supérieures de Commerce et de Communication Internationale de Toulon-France. Par ailleurs, j’ai été premier dans mon domaine, mathématique, lors du test d’entrée dans l’enseignement. Par ailleurs, je suis membre fondateur du RPM dans lequel je milite depuis sa création. Je suis président de la jeunesse de ce parti et président de la jeunesse EPM. Je suis également le président de la plateforme patriotique pour la paix et la réconciliation ‘’An Ka Ben’’.

Quel appel avez-vous à lancer aux populations de la Commune V et aux organisateurs de ces élections ?

J’invite d’abord les populations de la Commune V à sortir massivement pour retirer leurs cartes d’électeur. Je les invite aussi à faire le bon choix en votant notre liste, la liste RPM-APR. Quant aux organisateurs, je les invite à faire en sorte que ces législatives soient crédibles. Par ailleurs, j’invite tout le monde à respecter les mesures préventives contre le Coronavirus

Par Boureima Guindo

SourceLe Pays