Lutte contre les conflits locaux en Afrique : les propositions de la conférence des ministres de l’union Africaine

Au sortir de la conférence ministérielle des Etats de l’Union Africaine sur « l’accès aux ressources naturelles et les conflits intercommunautaires », tenue à Bamako du 28 au 29 novembre 2019, les participants ont exhorté la Commission de I‘Uunion Africaine, en collaboration avec les communautés économiques régionales et les mécanismes régionaux compétents, à élaborer un cadre politique pour la prévention, la gestion et le règlement des conflits locaux assorti d’un plan d’action.

 

Ces dernières années, les conflits communautaires se sont multipliés un peu partout en Afrique, notamment au Sahel, où ceux-ci sont alimentés et parfois alimentent également l’extrémisme violent et le terrorisme.

Réunis à Bamako sous la présidence de Tiébilé Dramé, chef du département des Affaires étrangères et de la Coopération internationale,  les ministres des États  de l’Union Africaine ont discuté  sur « l’accès aux ressources naturelles et les conflits intercommunautaires», avant de faire une kyrielle de recommandations.

Les participants ont exhorté la Commission de I’Union Africaine, en collaboration avec les communautés économiques régionales et les mécanismes régionaux compétents, à élaborer un cadre politique pour la prévention, la gestion et le règlement des conflits locaux assorti d’un plan d’action. Ce plan d’action censé répondre aux objectifs suivants : le soutien aux efforts locaux, nationaux et internationaux dans la prévention et la gestion des conflits entre communautés en tenant notamment compte:  de l’établissement de cadastres nationaux dans les Etats concernés et une étude sur les réformes agraires nécessaires pour faire face à ce défi; des réformes juridiques et de la revalorisation de la justice traditionnelle; de la redynamisation des mécanismes traditionnels de médiation et d’arbitrage  et leur accompagnement par des programmes de développement socio-économiques; des programmes de renforcement des capacités en matière de gestion des conflits locaux en assurant la participation effective des femmes et des jeunes; du développement d’une stratégie de communication visant à combattre la radicalisation et l’instrumentalisation de ces conflits à des fins criminels; identifier les mesures adéquates pour faire face aux effets des changements climatiques sur les communautés.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous allez aimer lire ces articles

Coopération : Le Togo souhaite renforcer ses relations avec le Mali

Coopération Mali-Togo : le ministre togolais des Affaires étrangères Robert Dussey a été reçu par le président Bah N’DAW

Par le divorce CMAS et M5 : Issa Kaou Djim espère-t-il un siège au sein du CNT ?

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct