M5-RFP: Issa Kaou Djim de retour dans les rangs

Après une brève excommunication consécutive à des appels favorables au maintien d’IBK à son poste de président de la République, Issa Kaou Djim est revenu dans les rangs du mouvement contestataires. Et cela après la réaction musclée du président de l’«Ensemble Mali Koura» de Cheick Oumar Sissoko. «Désormais Issa Kaou Djim ne répond plus au nom de M5-RFP, mais plutôt à celui de la CMAS. Tout ce qu’il dira n’engagera pas le mouvement du 5 juin car ceux qui ne sont pas pour la démission du président ne sont plus de M5-RFP.

Si jamais les choses continuent comme ça, nous allons être obligés d’exclure une bonne fois pour toutes la CMAS du M5-RFP», avait déclaré le leader de l’EMK.  Toutes choses ayant poussé le coordinateur de la CMAS de reconsidérer sa nouvelle posture. En effet, il a profité d’un point de presse, le 7 Aout, pour renouveler la position de la CMAS par rapport à IBK et son régime. «La Cmas n’a pas changé de langage, c’est toujours la démission du président IBK, qui est à la base de tous les maux du pays», a-t-il martelé avant de lancer un appel à tous ceux qui sont pour le départ du président ainsi que de son Premier ministre Boubou Cissé, pour sortir massivement le 11 Aout et réclamer leur démission. Tout en faisant amende honorable, Issa Kaou Djim il est resté campé sur sa position, en se désolidarisant de toute démarche consistant selon lui à casser, bruler et enfreindre à la quiétude des citoyens. A l’endroit de ceux qui voulaient mettre en cause sa crédibilité au sein au mouvement, il dira « Ma légitimé s’arrête à l’iman Dicko».

Désobéissance civile :

Des jeunes du M5 RFP en prison « pour entrave à la liberté de travail, attroupement et trouble à l’ordre public »

Après la trêve de la Tabaski, la désobéissance civile du M5 RFP a repris de l’ardeur dans les six (6) communes de Bamako ainsi qu’à Kati, Bougouni, Sikasso, Kayes, Ségou et Koulikoro. Agissant au nom des contestataires du régime, des groupuscules de jeunes ont tenté de prendre d’assaut de nombreux services publics avec le dessein de transformer chacune des localités concernées en une ville morte.

«C’était la meilleure réponse que nous pouvions donner à ceux qui, de bonne ou mauvaise, ont confondu trêve et essoufflement », a expliqué Dr. Choguel Kokala Maïga, le porte-parole du comité stratégique du M5-RFP, lors du point de presse préparatoire du rassemblement prévu pour demain.

Sauf que les forces de l’ordre, dans leur mission de protection des personnes et de leurs biens, n’ont pas manqué de répondre à leur tour par nombre d’arrestations dans les rangs de la jeunesse du mouvement contestataire. Aussitôt interpellés, les intéressés ont été présentés à des juges. Condamnés, ils ont été déférés à la Maison d’Arrêt Centrale sise à Bamako-coura. Ainsi, les tribunaux des Communes I, II et IV de la capitale ont respectivement condamné des jeunes manifestants à 45 jours, 6 mois et un an d’emprisonnement ferme, selon les cas, «pour entrave à la liberté de travail, attroupement et trouble à l’ordre public».

Le M5-RFP, qui a exigé leur «libération immédiate», estime qu’ils ne faisaient qu’exprimer leur droit constitutionnel. Le mouvement anti-IBK a par ailleurs mis en garde les ministres de la Sécurité et de la protection civile le Général Mbemba Moussa Keïta ainsi que celui de la Justice Me Kassoum Tapo contre «les arrestations arbitraires et brutales» et «les incarcérations et condamnations expéditives» tout en les menaçant de rendre compte des actes posés, sûrement après la démission éventuelle du président.

Amidou Keita

Source: Le Témoin

Vous allez aimer lire ces articles

Mali : quelle légitimité pour Bah N’Daw, président de la transition?

Présidence de la transition au Mali : Le Colonel-major d’aviation à la retraite Bah N’Daou, le choix de la raison !

La transition au Mali : L’observatoire des femmes unies exige l’application de la loi 052

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct