Malijet.co

Mali: 28 ans de gestion Démocratique avec des résultats mitigés

Nous avions confié ce pays aux démocrates, il y a 28. Aujourd’hui, nous avons du pain sur la planche pour pouvoir dresser un bilan élogieux de la démocratie. A quoi la démocratie a servi finalement ? Les résultats sont mitigés. Les nombreuses crises sécuritaire et institutionnelle que ce pays connaisse sont les corollaires de la mauvaise gouvernance. Autrement, la criminalité organisée par les pseudos Démocrates autour des ressources publiques du Mali. La démocratie est un luxe qui répond aussi à des exigences. Est-ce notre cas? Aucune redevabilité des hommes politiques envers le peuple souverain.

 

Il est très tôt pour dire que l’Imam Dicko a des ambitions politiques. L’analyse qui laisse entrevoir des mouvements de soutien à l’Imam Dicko pourrait être un positionnement pour appuyer un candidat idéal en 2023 pour la conquête du pouvoir Étatique, et qui est susceptible d’incarner le changement pour mettre fin à la mauvaise gouvernance.

Les religieux et le CDR comme nous le mentionnions hier ont les mêmes idéologies par rapport à la gestion catastrophique et désastreuse de ce pays post 1991. Ces deux mouvements pourraient faire le choix judicieux de soutenir le candidat d’un grand Parti politique ou faire fusion pour choisir un candidat en leur sein pour la présidentielle de 2023. Ce n’est pas à exclure.

Dans le Mali post 1991, nous avions tellement négligé le rôle de l’État-nation sous un discours néolibéral que finalement nous avons une nation qui se cherche lamentablement un État, et ce, toutes nos institutions démocratiques et républicaines sont à genoux, avec une subordination des autres pouvoirs à l’exécutif. Ceux qui disent aux jeunes de ne pas compter sur l’Etat, ne peuvent vivre que des caisses de l’État et dès qu’ils sont sevrés des caisses de l’État, ils se retournent contre ce même État.

L’État actuel du Mali est-il un État malien? Certainement non! Nous sommes un État sous tutelle militaire, politique et économique.
Les nombreuses crises que connaisse ce pays sont là résultante de la mauvaise gouvernance qui a trouvé droit de cité au Mali.

Si les religieux sont devenus des leviers incontournables pour accéder au pouvoir Étatique, en quoi est-il impossible qu’ils ne peuvent pas se présenter aux élections présidentielles pour la conquête du pouvoir Étatique ?

Source Bréhima Mamadou Koné

SourceMalijet

Vous allez aimer lire ces articles

Autrement dit : Pourvu que ça se poursuive !

Une année après, l’histoire donne raison à l’opposition

Le sommet Afrique-France se tiendra en juin 2020 à Bordeaux

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct