Mali: ce qui a fragilisé la junte au sommet d’Accra avec la Cédéao

Ce mardi 15 septembre, la junte militaire a participé à son premier sommet de la Cédéao à Accra, un mini-sommet extraordinaire sur la crise malienne. Le numéro un de la junte, le Colonel Amissi Goïta avait rendez-vous avec les présidents de l’organisation, au dernier jour de l’ultimatum qu’ils lui avaient fixé. Il devait les convaincre de lever les sanctions économiques qui pèsent sur le Mali depuis le coup d’État du 18 août. Et demander à l’organisation régionale d’accompagner la transition politique malienne. Un plan qui prévoit entre autre une transition de 18 mois soit six mois de plus que ce que recommande la Cédéao. Mais l’organisation régionale maintient pour le moment le cap, et les sanctions, et exige toujours une direction civile à la transition.

 

Quand son véhicule s’immobilise devant le perron de Peduassi Lodge, lieu du sommet, on constate qu’il n’y a pas de drapeau malien vissé sur le capot de sa voiture. Le chef des putschistes porte un treillis, l’uniforme des forces spéciales maliennes qu’il a dirigées. Sur les marches qui le mènent au président ghanéen,  il se montre quelque peu hésitant. L’hôte du sommet lui lance : « Bienvenu, est-ce que tout se passe bien ? » Les photographes le mitraillent. Tous les visages derrière lui sont juvéniles. Les commentaires entendus en parlent.

Le programme lui avait réservé 40 minutes pour présenter la charte de la transition. Le Colonel Goïta a préféré un discours très formel à un exposé, rapporte une confidence. Il y avait des morceaux sur la justification du coup d’État et le soutien du peuple malien à la junte. Pas de réponse précise à l’ultimatum de la Cédéao. Et quand le mini-sommet lui redemande des civils à la tête de la transition avant la levée des sanctions, il ne cède pas dans la salle. Il demande le temps de la consultation.

Position fragilisée par la charte de transition

En se rendant à Accra, le document que la délégation de la junte avait en poche a fragilisé en fait sa position. Ce texte est la charte de la transition issue des concertations nationales. Présenté comme le résultat de « discussions populaires », il propose à la tête de la transition, notamment un président civil ou militaire, un vice-président qui a visiblement plus de pouvoir que le président, et un premier ministre. Mais plus important, c’est la junte qui va former le comité devant désigner le président.

Source : RFI

Vous allez aimer lire ces articles

Le médiateur de la Cédéao, Goodluck Jonathan, en visite à Bamako le 23 septembre

Mali: Célébration du 60ème anniversaire de l’indépendance

Bah Ndaw, un civil particulièrement marqué par une carrière dans l’armée, nommé président du Mali

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct